La transparence de la caisse du marché central mise en cause




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 14 février 2013  à 07 : 25 : 58
a

Le président de l’Observatoire pour la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, Gabriel Rufyiri, a plaidé pour la transparence dans la gestion de la caisse destinée aux victimes de l’incendie du marché centrale de Bujumbura.

Au cours d’une conférence de presse de ce mercredi, le président de l’OLUCOME a indiqué que beaucoup de citoyens et autres âmes charitables hésitent jusqu’à présent de donner leurs contributions en faveur des victimes de l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura parce que le pouvoir de Bujumbura n’a pas clarifié la façon dont l’argent qui sera collecté sera utilisé.

Gabriel Rufyiri a signalé que deux commissions devraient être mises sur pied pour statuer sur la façon dont la somme qui sera collectée sera utilisée.

Dans une correspondance qu’il a transmise au deuxième vice président de la république du Burundi, le président de l’OLUCOME estime que ces deux commissions devraient être mises sur pied pour suivre et gérer ces fonds qui seraient collectées.

La première commission devrait avoir pour mission de suivre les activités qui seraient accomplies sur base de ce fond, à savoir l’aménagement du marché où les victimes devraient travailler en attendant que le marché central soit convenablement réhabilité.

Pour l’OLUCOME, cette commission devrait être composée de certains des victimes du marché central de Bujumbura et des commerçants.

L’autre commission aurait pour mission d’évaluer la lumière qui aurait caractérisée la gestion des fonds de cette caisse.

« Cette commission devrait être composée de certains des membres de la société civile et des représentants du pouvoir de Bujumbura », a souligné le président de l’OLUCOME.

En partant du passé, le président de l’OLUCOME indique que la gestion des fonds du genre n’a pas toujours été caractérisée par une transparence.

« Jusqu’à présent nous ne savons pas comment le fond dénommé effort de guerre a été utilisé » a-t-il dit en faisant référence au passé en doutant en même temps de ce manque de crédibilité de nature à refaire surface.

Cette sortie médiatique de l’OLUCOME a lieu quelques jours après l’abrogation de la décision portant reconnaissance du Syndicat Général des Commerçants, SYGECO en sigle, par la ministre de la fonction publique et du travail. La décision avait été décriée par la société civile notamment parce que ce syndicat s’était investi tellement en porte parole des victimes du marché après l’incendie du marché central de Bujumbura le 27 janvier de cette année.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

404 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 20 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 9 %)

Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois,(popularité : 7 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 6 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 5 %)

Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie ,(popularité : 4 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 4 %)

Mwaro bientôt désenclavée !,(popularité : 4 %)

L’eau thermale de Mugara, une source d’attraction touristique,(popularité : 4 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 3 %)