La transparence de la caisse du marché central mise en cause




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 14 février 2013  à 07 : 25 : 58
a

Le président de l’Observatoire pour la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, Gabriel Rufyiri, a plaidé pour la transparence dans la gestion de la caisse destinée aux victimes de l’incendie du marché centrale de Bujumbura.

Au cours d’une conférence de presse de ce mercredi, le président de l’OLUCOME a indiqué que beaucoup de citoyens et autres âmes charitables hésitent jusqu’à présent de donner leurs contributions en faveur des victimes de l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura parce que le pouvoir de Bujumbura n’a pas clarifié la façon dont l’argent qui sera collecté sera utilisé.

Gabriel Rufyiri a signalé que deux commissions devraient être mises sur pied pour statuer sur la façon dont la somme qui sera collectée sera utilisée.

Dans une correspondance qu’il a transmise au deuxième vice président de la république du Burundi, le président de l’OLUCOME estime que ces deux commissions devraient être mises sur pied pour suivre et gérer ces fonds qui seraient collectées.

La première commission devrait avoir pour mission de suivre les activités qui seraient accomplies sur base de ce fond, à savoir l’aménagement du marché où les victimes devraient travailler en attendant que le marché central soit convenablement réhabilité.

Pour l’OLUCOME, cette commission devrait être composée de certains des victimes du marché central de Bujumbura et des commerçants.

L’autre commission aurait pour mission d’évaluer la lumière qui aurait caractérisée la gestion des fonds de cette caisse.

« Cette commission devrait être composée de certains des membres de la société civile et des représentants du pouvoir de Bujumbura », a souligné le président de l’OLUCOME.

En partant du passé, le président de l’OLUCOME indique que la gestion des fonds du genre n’a pas toujours été caractérisée par une transparence.

« Jusqu’à présent nous ne savons pas comment le fond dénommé effort de guerre a été utilisé » a-t-il dit en faisant référence au passé en doutant en même temps de ce manque de crédibilité de nature à refaire surface.

Cette sortie médiatique de l’OLUCOME a lieu quelques jours après l’abrogation de la décision portant reconnaissance du Syndicat Général des Commerçants, SYGECO en sigle, par la ministre de la fonction publique et du travail. La décision avait été décriée par la société civile notamment parce que ce syndicat s’était investi tellement en porte parole des victimes du marché après l’incendie du marché central de Bujumbura le 27 janvier de cette année.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

383 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 14 %)

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 12 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM,(popularité : 5 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 4 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 4 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 4 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 4 %)

Un "hélicoptère made in Burundi" ,(popularité : 4 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 3 %)