Le secteur de l’éducation en proie au favoritisme politicien




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 14 février 2013  à 07 : 32 : 34
a

« Le domaine de l’éducation primaire et secondaire est en chute libre suite au favoritisme politique » tel est le constat de certains des membres des confessions religieuses, de la société civile et des représentants des partis politiques dans la province de Bururi.

Lors d’une rencontre sur la problématique de la gouvernance dans cette province ce mardi, ces responsables estiment que la nomination à des fonctions dans le secteur de l’éducation n’est pas le fruit des compétences, mais bel et bien de l’appartenance au parti au pouvoir à savoir le CNDD-FDD.

Ces personnes indiquent que pour être directeur d’une école, les instances habilitées ne tiennent pas considération les qualités morales comme une nécessité. Elles donnent d’ailleurs le cas d’un directeur qui a retravaillé les résultats sur les bulletins au lycée communal de Kiryama pour permettre aux élèves d’avancer de classes ailleurs en violations de la loi mais qui reste libre.

Les places dans le secteur de l’enseignement surtout primaire ont aussi été distribuées sur base d’appartenance au pouvoir CNDD-FDD dans les écoles de cette province ont encore une fois souligné ces personnes.

« Le directeur provincial de l’enseignement de Bururi a recruté les enseignants dans un manque de transparence total parce qu’il a fait un tel travail de manière solitaire » a-t-il souligné.

Ces personnes proposent que le conseil provincial pour l’éducation soit redynamisé notamment en statuant sur tous les cas ayant trait au progrès de l’éducation à Bururi. Le favoritisme politique est cité dans d’autres provinces comme une entrave pour une éducation de qualité comme l’avait aussi souligné Eulalie Nibizi, présidents du syndicat Syndicat des Travailleurs de l’Enseignement du Burundi, STEB.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

452 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 12 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 10 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 10 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 9 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 9 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 9 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 9 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 9 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 8 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 8 %)