Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Le mandat du BNUB prolongé malgré le Burundi




Par: Désiré Nimubona , jeudi 14 février 2013  à 11 : 13 : 06
a

Les quinze membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies viennent « de proroger le mandat du BNUB jusqu’au 15 février 2014 » par la résolution 2090 (2013) adoptée à l’unanimité ce mercredi matin à New York.

Les Nations Unies qui saluent des avancées significatives en matière de sécurité, de lutte contre la corruption et dans d’autres domaines, veulent cependant continuer à tenir la main du Burundi, ce qui a d’ailleurs fâché la délégation burundaise lors de cette séance.

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies estime que la contribution du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB) est toujours nécessaire.

Cette organisation sous les roulettes du diplomate Parfait Onanga-Anyanga, va organiser d’ailleurs cette année une « rencontre à large participation consacrée à tirer des enseignements des élections de 2010 dans la perspective des élections de 2015 ».

Le Conseil de Sécurité par ailleurs a sollicité une ouverture politique pour tous, dans ce pays qui a passé des années dans la spirale de la guerre civile, avec des victimes de toutes les ethnies.

Ainsi, craignant la perte de la démocratie difficilement acquise, le Conseil de Sécurité a demandé au BNUB de « s’employer prioritairement à appuyer le Gouvernement burundais pour promouvoir et faciliter le dialogue entre les acteurs nationaux et appuyer les mécanismes destinés à assurer une large participation à la vie politique » selon un communiqué du Département de l’Information des Nations Unies.

Ce n’est pas tout, le BNUB va aussi suivre « l’exécution des stratégies et programmes de développement du Burundi et pour l’instauration d’un climat propice de liberté et d’ouverture en prévision des élections de 2015 ».

JPEG - 21.6 ko
Herménégilde N./Photo : UN

Le prolongement du mandat du BNUB pour au moins une année n’est surtout pas une bonne nouvelle pour le Burundi et surtout le Gouvernement, qui se considère déjà mature et qui n’a pas besoin de la présence de BNUB mais plutôt d’un bureau simplifié de représentation des Nations Unies.

S’exprimant à la fin de cette résolution de ce mercredi à New York, Helmenegilde Niyonzima, Représentant Permanant du Burundi auprès des Nations Unies s’est montré insatisfait et même fâché, mais combatif.

Niyonzima a souligné que son pays le Burundi « ne comprenait pas toujours les choses de la même manière et à la même vitesse ».
« Malgré les difficultés bien réelles que le Burundi a éprouvées en 2011, le Conseil de sécurité avait estimé que le Burundi était sur un bon élan dans le combat pour s’en sortir », raison pour laquelle, a souligné Niyonzima, le Burundi devrait plutôt être applaudi et recevoir des éloges de la part des Nations Unies.

Monsieur Niyonzima a par ailleurs souligné que le pays avait dans son actif « une quantité de réalisations, trop nombreuses pour être énumérées, mais qui valent aujourd’hui des félicitations et des commentaires élogieux de la part de la communauté internationale ».

La Cour Pénale Internationale

Selon ce même communiqué du Département de l’information au sein des Nations Unies, le représentant Permanant du Burundi au sein des Nations Unies s’est aussi indigné des déclarations ou de la position de certains membres du Conseil de Sécurité lors du vote de la résolution.
Le Burundi, via son Représentant trouve une forme de contradiction entre ce que le Conseil des Sécurité a dit avant et après le vote de la résolution.

« Tandis que le rapport* du Secrétaire général dont est saisi aujourd’hui le Conseil de sécurité constate une amélioration remarquable dans tous les secteurs ; la résolution qu’il vient d’adopter fait état d’exécutions extraordinaires, d’assassinats politiquement motivés, d’absence des libertés publiques et va jusqu’à évoquer la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) », souligne le communique, citant Helmenegilde Niyonzima, sans faire de détails sur la saisine de la CPI et les cas concernés.

« Réserves » terminologiques et « manque de souplesse »

Le Burundi émet des réserves quant à l’usage de certaines terminologies, selon le Représentant Permanent du Burundi au sein des Nations Unies. Niyonzima a déploré aussi le manque de souplesse de certains membres du Conseil sans pourtant dévoiler leurs identités.

« Ma délégation émet des réserves sur l’utilisation d’une terminologie de nature à susciter une certaine incompréhension au regard de la réalité du terrain et nous regrettons l’absence de souplesse de certains membres du Conseil, parce que l’usage de certains termes nous semble injuste, compte tenu des efforts consentis par notre pays, dans les domaines des droits de l’homme et de la lutte contre l’impunité », a émis Niyonzima.

Pour rappel, le Burundi avait demandé au Nations de Unies de réduire le Bureau des Nations en une simple représentation.
Les NU elles, ont répondue par la négative. Le prolongement du mandat du BNUB d’une année signifie rester au Burundi tel qu’il a été décidé par le Conseil de Sécurité ce mercredi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

545 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 59 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 17 %)

Politique : L’Eglise catholique contre la contribution forcée aux élections,(popularité : 14 %)

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR,(popularité : 13 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 13 %)

Le Conseil des Evêques Catholiques du Burundi appelle encore une fois au dialogue inclusif ,(popularité : 13 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 13 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 13 %)

CNDD-FDD : Plus qu’un meeting à Bujumbura,(popularité : 12 %)

BURUNDI/NECROLOGIE : Mort du colonel Epitace Bayaganakandi,(popularité : 12 %)