Rwasa encore retardataire... mais




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 20 février 2013  à 05 : 43 : 49
a

4 personnes proches de la famille Rwasa Agathon sont incarcérés depuis ce lundi dans les cachots du service national des renseignements selon les personnes proches de ce leader du FNL aujourd’hui en exil. Ces personnes sont composées du beau frère à Rwasa Agathon , d’un militaire proche à Rwasa , d’un neveu à celui-ci et d’un groom .

La maison dans laquelle ce beau frère de Rwasa Agathon habite aurait abritait une réunion illégale dans laquelle avait aussi pris part Rwasa Agathon mais ces personnes ne l’acceptent pas comme elles le disent. Rwasa Agathon est il le bienvenu au Burundi ? On ne sait pas mais toujours que cette situation a lieu au moment où Rwasa Agathon est attendu à l’instar des autres leaders politiques de l’opposition en exils à la fin de ce mois selon du moins les propos du ministre de l’intérieur Edouard Nduwimana

Alors que les leaders politiques burundais en exils ont promis de revenir au pays à la fin de ce mois, le porte parole du parti FNL, aile de Rwasa Agathon estime que ce dernier n’est pas prêt à rentrer au pays aussi longtemps que le parti dont il est président ne lui serait pas remis.

Selon le porte parole de ce parti Aimé Magera beaucoup de préalables devraient trouver solutions pour que le retour de l’exil de Rwasa Agathon soit une réalité.

Aimé Magera a indiqué que beaucoup de membres du FNL de Rwasa sont injustement locataires des prisons du Burundi. Certains membres actifs ont été faits passés par les armes tandis que ceux qui ont pu échapper vivent toujours dans une peur panique jusqu’aujourd’hui.

La tête de Rwasa Agathon a aussi été mise à prix à plusieurs reprises par le Service National des renseignements en collaboration avec la police selon toujours Aimé Magera . « Les autres leaders politiques ont été appelés par les organes respectifs de leurs partis politiques. Il faudra que le parti lui soit remis avant de penser à revenir au pays », a-t-il souligné.

La réaction du porte du FNL de Rwasa Agathon est telle au moment où les autres leaders politiques en exils ont promis de revenir au pays pour se préparer aux élections de 2015. Il s’agit en particulier d’Alexis Sinduhije du Mouvement pour la Solidarité et le Développement, de Pascaline Kampayano, le leader de l’Union pour la Paix et le Développement et du président du parti Conseil National pour la Défense de la Démocratie Léonard Nyangoma.

Le pouvoir de Bujumbura n’est pas contre ce retour des leaders politiques. Dans sa déclaration, le ministre de l’intérieur, Edouard Nduwimana, leur demande tout simplement de respecter les institutions qui sont le résultat des élections de 2015 et de voir leurs membres à travers le pays en respectant toujours la loi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

605 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 2 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 2 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 2 %)