Un silence assourdissant de la BRB sur la dévaluation de la monnaie




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 20 février 2013  à 05 : 48 : 45
a

« Le silence de la banque centrale n’arrange pas le pouvoir de Bujumbura mais constitue plutôt un mal pour l’économie du pays. Nous demandons plutôt à la Banque de la République du Burundi de tout faire pour abandonner cette politique d’autruche, » ce sont les propos de Faustin Ndikumana le président de l’ONG, Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et l’Evolution des Mentalités, lors d’une conférence de presse sur le silence de la banque centrale face à la dévaluation de la monnaie burundaise qui prend de l’ampleur ces derniers jours.

Faustin Ndikumana estime qu’à l‘heure actuelle un dollar s’achète à plus de 1700 fbu alors qu’il était de 1400 les trois mois écoulés. Les conséquences de cette situation risquent d’être davantage dures pour le pouvoir de Bujumbura.

Faustin Ndikumana indique que la couverture des importations risque d’aller croissant surtout que le pays a besoin de 80% des devises pour que celle soit effective. Il doute en même temps de la cherté de la vie qui risque de constituer un mal pour le pays, notamment parce que les produits d’importation comme le carburant, les médicaments et autres risquent de revoir à la hausse les prix sur le marché causant ainsi une hausse vertigineuse des autres prix sur le marché.

Selon lui , le silence de la banque centrale est aussi dangereux dans la mesure où visiblement cette institution ne contrôle pas la circulation des devises à travers le pays.

Faustin Ndikumana indique que certaines personnes ont pris l’option de conserver l’argent qu’ils ont en devise dans leurs propres maisons. Les banques quant à elles thésaurisent l’argent en devise à l’insu de la banque centrale, souligne t-il.

Ces derniers jours la radio Isanganiro a cherché la banque centrale pour qu’elle s’explique à propos des mesure qu’elle a prises pour palier cette situation, hélas sans succès.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

721 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?





Les plus populaires
Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 14 %)

Ouverture solennelle des six marchés réhabilités en Mairie de Bujumbura,(popularité : 5 %)

L’OLUCOME crie contre un nouveau projet de loi sur la TVA ,(popularité : 3 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 3 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 3 %)

Clément Butoke : « les billets de banque usagés nuisent à l’image du pays »,(popularité : 3 %)

Ouverture de l’atelier des bailleurs de fond sur des promesses d’aide envers le Burundi ,(popularité : 3 %)

Les brèches de la mauvaise gouvernance à la REGIDESO ,(popularité : 3 %)

Le FMI promet 7,5 millions de dollars au Burundi ,(popularité : 3 %)

Le Burundi connecté à la fibre optique ,(popularité : 3 %)