Un silence assourdissant de la BRB sur la dévaluation de la monnaie




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 20 février 2013  à 05 : 48 : 45
a

« Le silence de la banque centrale n’arrange pas le pouvoir de Bujumbura mais constitue plutôt un mal pour l’économie du pays. Nous demandons plutôt à la Banque de la République du Burundi de tout faire pour abandonner cette politique d’autruche, » ce sont les propos de Faustin Ndikumana le président de l’ONG, Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et l’Evolution des Mentalités, lors d’une conférence de presse sur le silence de la banque centrale face à la dévaluation de la monnaie burundaise qui prend de l’ampleur ces derniers jours.

Faustin Ndikumana estime qu’à l‘heure actuelle un dollar s’achète à plus de 1700 fbu alors qu’il était de 1400 les trois mois écoulés. Les conséquences de cette situation risquent d’être davantage dures pour le pouvoir de Bujumbura.

Faustin Ndikumana indique que la couverture des importations risque d’aller croissant surtout que le pays a besoin de 80% des devises pour que celle soit effective. Il doute en même temps de la cherté de la vie qui risque de constituer un mal pour le pays, notamment parce que les produits d’importation comme le carburant, les médicaments et autres risquent de revoir à la hausse les prix sur le marché causant ainsi une hausse vertigineuse des autres prix sur le marché.

Selon lui , le silence de la banque centrale est aussi dangereux dans la mesure où visiblement cette institution ne contrôle pas la circulation des devises à travers le pays.

Faustin Ndikumana indique que certaines personnes ont pris l’option de conserver l’argent qu’ils ont en devise dans leurs propres maisons. Les banques quant à elles thésaurisent l’argent en devise à l’insu de la banque centrale, souligne t-il.

Ces derniers jours la radio Isanganiro a cherché la banque centrale pour qu’elle s’explique à propos des mesure qu’elle a prises pour palier cette situation, hélas sans succès.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

740 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 4 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 4 %)

Révision Budgétaire : le rôle des deux chambres du parlement se cherche encore ,(popularité : 4 %)

OLUCOME : Un projet de loi sur la presse contre la tolérance zéro à la corruption ,(popularité : 3 %)

Anguille sous roche dans le commerce intra régional,(popularité : 3 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 3 %)

Révision budgétaire au mois de juin suite manque des recettes ,(popularité : 3 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 3 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 3 %)

Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 3 %)