L’atelier politique prévu mi mars est salutaire




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 22 février 2013  à 04 : 52 : 39
a

La Coalition de la Société civile pour le Monitoring des Elections qualifie de salutaire le fait que les acteurs de la vie politique du Burundi vont se rencontrer du 11 au 13 mars de manière inclusive pour débattre des enjeux des élections de 2015.

Selon Justine Nkurunziza l’actuelle présidente de la Cosome, les élections de 2010 ont été caractéristiques par de malentendus qu’il s’avère important de les dissiper pour que les élections de 2015 aient lieu sans entraves. De la part de Justine Nkurunziza, le Burundi a enregistré beaucoup de perte en vies humaines suite à la fièvre électorale de 2010.

Il est pour cela essentiel que les hommes politiques se mettent ensemble pour se parler afin de trouver des solutions aux problèmes du temps. « Visiblement le contexte politique qui prévaut à travers le pays n’est pas de nature à permettre que les élections aient lieu sans écueils », a souligné la patronne de la Cosome.

Justine Nkurunziza a indiqué que la Cosome a aussi été invitée pour donner sa contribution dans cet atelier. « Nous avons récolté les désidératas de la population à travers les collines de ce pays, nous espérons que le gouvernement de Bujumbura et d’autres acteurs politiques vont les tenir en considérations au cours de ces assises.

La libération de l’espace politique, l’usage d’un bulletin unique aux élections et autres sont certaines de ces recommandations que la Cosome ambitionne de révéler aux acteurs politiques qui prendront part dans ces assisses, selon Justine Nkurunziza.

"Nous avons déjà remarqué que les hommes politiques burundais le plus suivant ne sont au courant des préoccupations de la population", a-t-elle souligné.

Le Bureau des Nations Unies au Burundi a organisé cet atelier pour permettre à tous les acteurs de la vie politique du pays de débattre autour du processus électoral de 2015. Même les hommes politiques en exil ont promis de prendre part à cet atelier comme Léonard Nyangoma et Alexis Sinduhije respectivement président des partis CNDD et MSD.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

652 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 3 %)

La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)