Le sort des victimes de l’incendie incertain




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 1er mars 2013  à 16 : 31 : 37
a

Trois ministres ont été incapables de convaincre l’Assemblée Nationale ce jeudi lors des questions orales qui leur furent adressées à propos du sort réservé aux commerçants victimes de l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura. Ces ministres étaient celui des finances et de la planification pour le développement économique, celui de l’intérieur ainsi que celui ayant en charge la sécurité publique.

Selon les députés, il est difficile de comprendre comment les bBurundais et la communauté internationale ne sont pas tellement sensibles à l’appel au soutien des victimes qui a été lancé par le pouvoir de Bujumbura. Ils ont indiqué que c’est probablement parce que la gestion de ce fond n’est toujours pas claire. « Certains se seraient gardés d’intervenir en faveur d’elles » , ont-ils souligné .

Le ministre des finances et de la planification pour le développement économique, Tabou Abdallah Manirakiza, a dit qu’une commission sera mise sur pied pour statuer sur la façon dont ce fond sera géré. Selon lui, certes les commerçants ont perdu mais aussi le gouvernement car les propriétaires de stands s’acquittaient de l’impôt.

De la part de l’Assemblée Nationale, au lieu de créer un seul fond sur la problématique de l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura, il faudrait plutôt chercher une autre manière pour permettre aux commerçants de Bujumbura de reprendre le travail.

« Ce fond une fois mis de prime abord pour les victimes de l’incendie à savoir les commerçants, permettrait à ceux qui veulent aider de le faire sans entraves », ont-ils souligné.

Aujourd’hui le fond a déjà enregistré près de 100 millions de nos francs sur près de 2 milliards que le gouvernement a besoin pour d’abord ériger un marché provisoire.

La situation des victimes de l’incendie est telle au moment où certains commerçants sont hospitalisés suite aux difficultés liées à l’incendie du marché qui a aussi emporté leurs biens, un phénomène dont certains auraient été incapables de conjurer.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

562 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message