CVR : Bujumbura a besoin d’une justice fraternelle




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 5 mars 2013  à 13 : 26 : 03
a

Le président de la commission permanente des droits de l’homme dit que les désidératas des organisations de la société civile ont été reçues à l’instar de celles des autres organisations qui veulent une issue favorable à la recherche de la vérité au Burundi.

A travers une interview avec la Radio Isanganiro ce lundi, le président de la commission permanente des droits de l’homme à l’Assemblée nationale visait à tranquilliser certaines personnes ou organisation dont celles de la société civile qui doutent que la commission vérité et réconciliation ne risque d’accoucher d’une souris. Melchior Nankwahomba estime qu’il n’est pas temps de se leurrer.

Il a dit que la commission dont il est à la tête s’est engagée de recevoir les doléances de toutes les catégories de la population impliquées dans ce projet de loi.

« Le parlement va écouter tout le monde. Il s’emploiera à privilégier les considérations de nature à promouvoir la vérité au Burundi » a-t-il souligné.

Au moment où les organisations de la société civile estiment que le projet de loi risque de constituer une brèche pour l’impunité des crimes contre l’humanité, le président de la commission permanente des droits de l’homme est sans équivoque.

Il a indiqué que la commission vérité et réconciliation a pour ambition de connaître toutes les périodes tragiques. « Ce faisant, elle s’attachera à scruter les raisons de nature à aider les burundais à enterrer la hache de la guerre », a-t-il souligné.

A la question de savoir si ce projet de loi ne risque pas d’écarter la justice, le président de la commission permanente des droits de l’homme indique que la commission mettra en avant la justice fraternelle.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

231 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 22 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 11 %)

Le Burundi face à deux capitales,(popularité : 10 %)

Un sommet de l’EAC au Burundi en novembre 2011 ,(popularité : 10 %)

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 9 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 9 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 9 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 6 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 6 %)