Les devises sont disponibles à la BRB




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 14 mars 2013  à 05 : 02 : 09
a

Le gouverneur de la Banque République du Burundi, BRB, estime que les changeurs de billets en Mairie de Bujumbura qui ne respectent pas les normes fixées par la BRB dans l’achat et la vente des devises devraient être sanctionnés.

Au cours d’une interview exclusive qu’il accordée à la radio Isanganiro ce mardi sur les revendications des changeurs de billets qui regrettent de passer plus de deux mois sans être servis en devises, Jean Ciza a indiqué que la BRB a toujours mis à la disposition des banques des devises conformément aux normes en vigueur à la banque centrale.

« Seulement une petite innovation a eu lieu par rapport à la façon dont les devises devraient être servies. Nous leur avons contraint de respecter les plafonds dans l’achat et la vente des devises que nous avons-nous-mêmes fixés » a-t-il souligné.

Il a dit qu’après une analyse méticuleuse de la sortie des devises par la banque centrale en collaboration avec les institutions bancaires a révélée que les bureaux de changes enregistrent des sommes d’argent colossales. Imaginez qu’il y a une maison de change que nous avons remarqué qu’il avait marqué un gain de 85 millions de francs bu par jour. « C’est la raison pour laquelle nous avons vu qu’il fallait rectifier le tir » a-t-il indiqué.

Le gouverneur de la BRB a dit que cette institution a des devises en quantité suffisante, raison pour laquelle il ne faudrait pas se leurrer suite au problème en question puisque le taux de couverture des importations de quatre mois est disponible.

Au moment où les changeurs de billets disent qu’ils ne respectent plus les normes que la BRB a fixé dans la vente et l’achat des devises, depuis plus de deux semaines, Ciza Jean a dit que ce n’est pas la banque centrale qui fixe les différentes variations de taux des devises. Les personnes qui s’écartent de ces taux devraient plutôt être sanctionnées conformément à la loi, selon ces termes.

Cette sortie médiatique a lieu au moment où les changeurs de billet auraient été contraints de ne pas revoir à la hausse les différents taux de change sur le marché des devises pour que la monnaie burundaise reste stable. Ils regrettaient aussi de ne pas être servis en devises par la banque centrale




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

633 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 11 %)

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 11 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 8 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 6 %)

Clément Butoke : « les billets de banque usagés nuisent à l’image du pays »,(popularité : 4 %)

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM,(popularité : 4 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 4 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 4 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 4 %)

Pourquoi la dévaluation de la monnaie ?,(popularité : 3 %)