La Mairie face au problème de gouvernance




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 19 mars 2013  à 06 : 28 : 15
a

Le président de l’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, , Gabriel Rufyiri, demande que la lumière soit faite sur la destination des 10 milliards collectées ces dernières années par la Mairie de Bujumbura sur les différents moyens de déplacements de la Mairie.

« Quatre ans viennent de s’écouler les voitures de transports en communs, les taxis, les motos, les vélos paient chacun chaque jour 500 francs à la Mairie. Mais la Mairie n’est pas en mesure de déterminer avec précision où se trouve l’argent qui a été collectée pendant cette période » s’est étonné le président d l’OLUCOME.

La Mairie de la ville de Bujumbura avait promis que l’argent qui serait collecté parmi ces véhicules de transports allait servir à la construction des parkings en ville mais cette activité n’a pas été faite bien que les propriétaires de véhicules se soient acquittées de leur devoir.

Aujourd’hui les mêmes les propriétaires de véhicules ont temporairement refusé de s’acquitter de cette obligation. Ils réclament dans la gestion de ce fond soit portée à la connaissance de tout le monde avant de continuer à payer.

Le président de L’OLUCOME parle aussi sa surprise de voir le maire légiférer à sa place. Les scandales de corruptions au sein de la Mairie de Bujumbura font parler d’elle depuis que Me Evrard est locataire de la prison centrale de Bujumbura pour sa probable implication dans la gestion frauduleuse du marché central de Bujumbura.

La même Mairie de Bujumbura accuse un manque à gagner de 430 millions depuis 1994, une somme d’argent qu’elle a collectée au marché central de Bujumbura mais dont les traces sont jusqu’à présent inexistantes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

536 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 8 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 6 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 5 %)

Des vices dans le projet de loi portant Budget de l’Etat 2013 ,(popularité : 5 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 5 %)

Le syndicat des commerçants sommé de disparaitre,(popularité : 5 %)

La monnaie burundaise flotte, que faire ?,(popularité : 5 %)

Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 5 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 5 %)