Le protocole de Kampala pourrait donner raison aux déplacés internes




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 20 mars 2013  à 14 : 45 : 15
a

« La commission permanente chargée de la question des déplacés internes n’a pas encore été dans les camps de déplacés éparpillés à travers le pays pour s’imprégner de leurs conditions de vie dans ces camps. Mais nous pensons sans nul doute qu’avant que le Burundi ratifie le projet de Kampala, la commission s’y rendra ». Ce sont les propos de l’honorable Ndihokubwayo Norbert le président de cette commission au niveau du parlement lors d’un atelier sur le contenu du protocole de Kampala, un protocole que le Burundi pourrait ratifier dans l’avenir comme le souhaite les Nations Unies et en particulier le HCR.

Ndihokubwayo Norbert a indiqué à la presse que ce protocole stipule que les déplacés de guerre ou d’autres calamités se rétablissent là où ils souhaitent. Ils ont aussi droit de s’opposer à des lois mises en place sans leurs consentements surtout lorsqu’elles ont trait à leur sécurité.

La délégation de l’Uprona dans cet atelier aura été on ne peut plus claire sur la question. Selon André Ndayizamba, ce protocole de Kampala, une fois ratifié par le Burundi, va encore une fois donner raison aux déplacés qui ont refusé de quitter leurs sites sous prétextes que leur sécurité ne serait garantie si une fois ils retourneraient dans leurs habitations d’avant la crise de 1993.

« Le Burundi aura à choisir entre continuer à ne pas suivre les lois et les observer de manière minutieuse car jusqu’à présent les textes qu’il a ratifiés et dont la constitution elle-même donnent raison aux déplacés internes. De même pour les réfugiés, les déplacés internes ne peuvent quitter les sites dans lesquels ils se sont établis que s’ils le désirent » a-t-il souligné.

Au Burundi, plus de 30 milles déplacés sont éparpillés à travers différents sites depuis la crise de 1993. Certains ont refusé de regagner leurs villages d’avant la crise. Ils vont jusqu’à conditionner la connaissance de la vérité sur les massacres à caractère ethniques de 1993 avant toute négociation au retour dans leurs villages d’avant la crise.

Mais certaines autres personnes disent qu’au moment où les rapatriés ont eux aussi été contraints de regagner le pays, les déplacés internes ne pourraient faire exception puisque la sécurité revient petit à petit dans ce pays de la Région des Grands Lacs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

145 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rutovu : des magouilles dans la distribution des décodeurs de Startimes.



a

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services



a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama





Les plus populaires
Rutovu : des magouilles dans la distribution des décodeurs de Startimes.,(popularité : 27 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 7 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 3 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 3 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 2 %)

La thérapie de l’eau thermale, des habitants de Mugara témoignent,(popularité : 2 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 2 %)

Muyinga. Les enfants vulnérables reçoivent une aide en kit scolaire,(popularité : 2 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 2 %)