L’Afrique enregistre le taux de mortalité maternelle le plus élevé au monde




Par: , jeudi 21 mars 2013  à 13 : 26 : 26
a

Les pays africains doivent redoubler d’efforts pour améliorer la santé maternelle, infantile et des nouveaux nés dans le but de baisser le taux de la mortalité maternelle qui est perçu comme le plus élevé dans le monde.

Lors de l’atelier qui se tient à Kampala en Ouganda sur le plaidoyer des médias en faveur de la campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle en Afrique, CARMMA, une campagne lancée sur le continent africain en 2009 par la conférence des ministres de la sante de l’Union Africaine, les participants ont constaté que 57 % des femmes qui meurent lors de l’accouchement sont originaires de l’Afrique.

Dans des pays avancés, le risque qu’une femme enceinte meure à cause des complications est minime 1 sur 4700, alors qu’en Afrique ce risque est élevé 1 sur 39.

Au Burundi, selon les résultats de l’enquête effectuée par ISTEEBU en 2010, le taux de mortalité maternelle atteint 500 décès pour 100.000 naissances vivantes.

Selon Dr Wilfred Ochan, d’UNFPA Uganda, la santé maternelle et la planification familiale sont étroitement liées au développement et à l’économie.

Pour lui, s’il n’y a pas une bonne planification des naissances, les maigres ressources du pays ne peuvent pas suffire et les gouvernements doivent améliorer leur production, construire beaucoup d’infrastructures en puisant dans des poches à moitie vides.

Pour les participants, les médias sont le relais essentiel pour vulgariser la campagne initiée par l’Union Africaine en partenariat avec UNFPA, Fond des Nations Unis pour la Population, pour un accès universel a la santé sexuel et reproductive et a la réduction de la mortalité maternelle, d’où alors l’atelier.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

142 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 3 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 3 %)

Les personnes vivant avec le handicap demandent le respect de leur droit pour une autonomie effective,(popularité : 2 %)

La construction du tombeau du Lieutenant Général Adolphe Nshimirimana,(popularité : 2 %)

Bujumbura : La liste des Bashingantahe s’allonge,(popularité : 2 %)

Kirundo : La famine encore une fois à la porte ,(popularité : 2 %)

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !,(popularité : 2 %)

Droits de l’homme : Nouvelle contribution au nom de « solidarité locale » !,(popularité : 2 %)

Avenue de l’amitié et de la mission, enfin réhabilitées ,(popularité : 2 %)