L’uprona accuse le parti au pouvoir de jouer les prolongations




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 22 mars 2013  à 07 : 33 : 27
a

« Une fois adopté, ce protocole donnerait davantage raison aux déplacés qui ne désirent pas retourner dans leurs localités d’avant la crise », c’est la réaction du parlementaire du parti Uprona Niyoyankana Bonaventure qui s’indigne contre le parti au pouvoir de vouloir jouer avec le temps au lieu d’amener le protocole de Kampala au parlement pour qu’il soit étudié et adopté par le parlement.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro ce jeudi, le parlementaire qualifie de salutaire le fait que les pays membres de la Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs, CIRGL aient apposés leurs signatures sur ce protocole. Hélas, pour servir de loi au Burundi, le parlement doit l’adopter selon toujours ces termes. Niyoyankana Bonaventure parle aujourd’hui de la mauvaise foi de la part du pouvoir de Bujumbura.

Ce protocole vient appuyer les textes de lois que le Burundi a ratifiés en particulier la constitution de la république du Burundi raison pour laquelle il qualifie d’illogique le fait de jouer les prolongations. Les sources en provenance du parlement indiquent que le protocole de Kampala se trouve sur la table du parlement depuis fin 2012.

Comme contenu, ce protocole stipule que les déplacés de guerre ou d’autres catastrophes ne peuvent s’établir que là où ils constatent que leurs droits sont garantis. Cela sous entend que là où ils se trouvent, les déplacés internes bénéficient des soins de santé, de l’éducation, de la sécurité et autres là même où ils se sont installés à l’instar des autres citoyens. Au Burundi, au moins plus de 80 milles ont été et sont toujours des déplacés internes à cause de la crise de 1993.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1626 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 4 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 3 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)