L’uprona accuse le parti au pouvoir de jouer les prolongations




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 22 mars 2013  à 07 : 33 : 27
a

« Une fois adopté, ce protocole donnerait davantage raison aux déplacés qui ne désirent pas retourner dans leurs localités d’avant la crise », c’est la réaction du parlementaire du parti Uprona Niyoyankana Bonaventure qui s’indigne contre le parti au pouvoir de vouloir jouer avec le temps au lieu d’amener le protocole de Kampala au parlement pour qu’il soit étudié et adopté par le parlement.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro ce jeudi, le parlementaire qualifie de salutaire le fait que les pays membres de la Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs, CIRGL aient apposés leurs signatures sur ce protocole. Hélas, pour servir de loi au Burundi, le parlement doit l’adopter selon toujours ces termes. Niyoyankana Bonaventure parle aujourd’hui de la mauvaise foi de la part du pouvoir de Bujumbura.

Ce protocole vient appuyer les textes de lois que le Burundi a ratifiés en particulier la constitution de la république du Burundi raison pour laquelle il qualifie d’illogique le fait de jouer les prolongations. Les sources en provenance du parlement indiquent que le protocole de Kampala se trouve sur la table du parlement depuis fin 2012.

Comme contenu, ce protocole stipule que les déplacés de guerre ou d’autres catastrophes ne peuvent s’établir que là où ils constatent que leurs droits sont garantis. Cela sous entend que là où ils se trouvent, les déplacés internes bénéficient des soins de santé, de l’éducation, de la sécurité et autres là même où ils se sont installés à l’instar des autres citoyens. Au Burundi, au moins plus de 80 milles ont été et sont toujours des déplacés internes à cause de la crise de 1993.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1663 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 32 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 30 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 14 %)

Vers la restriction des libertés publiques ,(popularité : 14 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 13 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 13 %)

Les collinaires, des élections différentes des autres,(popularité : 13 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 13 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 13 %)

« La loi a été respectée », dit le directeur de la radio Isanganiro,(popularité : 13 %)