CNTB : Soutenue par le gouvernement, mais décriée par la capitale




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 11 avril 2013  à 10 : 38 : 47
a

« Le gouvernement du Burundi rappelle qu’il n’est pas dans ces intensions de cautionner les spoliateurs et autres occupants secondaires de mauvaise foi, l’indemnisation étant destinée au sinistré se trouvant dans l’impossibilité de récupérer son bien de par tous les textes légaux, » ce sont les propos de Philippe Nzobonariba , porte parole du gouvernement dans une conférence de presse sur la grogne de certains à propos des activités de la CNTB ce mercredi.

Au cours de cette conférence de presse, il a dit que le gouvernement est satisfait des réalisations aujourd’hui à l’actif de la Commission Nationale Terres et autres Biens, CNTB.

Selon Philippe Nzobonariba après la crise de 1972, les présidents de la 1ère et 2ème républiques du Burundi ont décrété des lois qui les contraignaient de remettre les biens qu’ils avaient récupérés injustement mais ils ont refusé de s’exécuter. Dans le souci de la continuité de l’Etat, ces personnes devraient plutôt remettre ces biens, selon lui.

Au moment où une opinion estime que la CNTB s’est substituée à des instances de juridictions en violations de la loi, Philippe Nzobonariba a cité l’article 19 régissant la CNTB qui stipule qu’en cas de règlement à l’amiable par la commission la partie intéressée peut saisir la juridiction compétente et que la décision reste exécutoire jusqu’à l’épuisement de toutes les voies de recours judiciaires.

Cette sortie médiatique a eu lieu au moment où certains habitants de la capitale accusent la CNTB d’appliquer deux poids deux mesures notamment du côté de l’Uprona.

En commune de Ngagara, Justin Nyakabeto dit avoir acheté sa maison en 1981. La CNTB a déclaré que la maison n’est pas la siennne. Il a cependant refusé de quitter cette maison sous prétexte que les documents à sa disposition sont authentiques. Le représentant de cette commission en Mairie de Bujumbura dit que la CNTB ne désarme pas. Le problème est toujours pendant.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

942 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 40 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 37 %)

Des manifestations aux allures de violences ciblées ,(popularité : 15 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 15 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 15 %)

Ils seraient sur le point d’être réconciliés ,(popularité : 14 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 12 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 12 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 12 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 12 %)