Pourquoi doublement payés




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 11 avril 2013  à 13 : 26 : 22
a

« Plus de la moitié du budget destiné au conseil économique et social risquent d’être consommé par les membres de cette commission si les instances chargées de lutter contre la corruption et les malversations économiques ne réagissent pas dans les meilleurs délais pour freiner ce mouvement » c’est la déclaration de Faustin Ndikumana le président de l’ONG locale Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et le changement des Mentalités PARCEM.

Au cours d’une conférence de presse de ce mercredi, Faustin Ndikumana a indiqué que le conseil économique et social a un budget de 178 millions de francs bu. 20 millions sont prévus pour les jetons de présence à 16 des 20 membres du conseil parce qu’ils ne prestent pas à temps plein. Mais il a déploré que les informations à sa disposition montrent plutôt que plus de 60 risquent d’être malheureusement affectés sur cette même rubrique en violation de la loi.

« Imaginez les personnalités qui , normalement, travaillent ailleurs mais déterminées à être doublement payés alors que la loi de 2006 portant mise en place de ce conseil stipule qu’elles reçoivent des jeton de présence après avoir organisé une quelconque activité ». Selon lui, ce budget être utilisé pour consultances et autres afin d’améliorer le contexte économique et social.

Hélas, Faustin Ndikumana déplore le fait qu’il existerait un décret loi qui a légalisé ces traitements salariaux en violations de la constitution. Il demande au parlement et aux autres instances ayant pour mission de lutter contre la corruption et les malversations de tout ne rien ménager que cette situation trouve issue conforme à la constitution de la république du Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1823 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)