Pourquoi doublement payés




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 11 avril 2013  à 13 : 26 : 22
a

« Plus de la moitié du budget destiné au conseil économique et social risquent d’être consommé par les membres de cette commission si les instances chargées de lutter contre la corruption et les malversations économiques ne réagissent pas dans les meilleurs délais pour freiner ce mouvement » c’est la déclaration de Faustin Ndikumana le président de l’ONG locale Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et le changement des Mentalités PARCEM.

Au cours d’une conférence de presse de ce mercredi, Faustin Ndikumana a indiqué que le conseil économique et social a un budget de 178 millions de francs bu. 20 millions sont prévus pour les jetons de présence à 16 des 20 membres du conseil parce qu’ils ne prestent pas à temps plein. Mais il a déploré que les informations à sa disposition montrent plutôt que plus de 60 risquent d’être malheureusement affectés sur cette même rubrique en violation de la loi.

« Imaginez les personnalités qui , normalement, travaillent ailleurs mais déterminées à être doublement payés alors que la loi de 2006 portant mise en place de ce conseil stipule qu’elles reçoivent des jeton de présence après avoir organisé une quelconque activité ». Selon lui, ce budget être utilisé pour consultances et autres afin d’améliorer le contexte économique et social.

Hélas, Faustin Ndikumana déplore le fait qu’il existerait un décret loi qui a légalisé ces traitements salariaux en violations de la constitution. Il demande au parlement et aux autres instances ayant pour mission de lutter contre la corruption et les malversations de tout ne rien ménager que cette situation trouve issue conforme à la constitution de la république du Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1848 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 33 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 10 %)

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau ,(popularité : 6 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 5 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 5 %)

Burundi : Une banque accusée de « spolier les commerçants »,(popularité : 4 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 4 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 4 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 4 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 4 %)