Inédit dans l’histoire de la justice




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 12 avril 2013  à 12 : 35 : 20
a

« La partie civile et la partie condamnée ont pris l’option de réclamer un procès équitable dans le meurtre d’Ernest Manirumva . Cela est un événement inédit dans l’histoire de la justice au Burundi » ce sont les propos Bernard Maiguin ce jeudi dans une conférence de presse 4 ans après la mort d’Ernest Manirumva , ancien vice président de l’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques.

Cette conférence a été animée conjointement par Me Isidore Rufyikiri, Prosper Niyoyankana et Bernard Mainguin de nationalité belge. Ils ont plaidé pour que l’arrêt qui a été rendu par la cour d’appel de Bujumbura soit cassé et qu’un autre procès ait lieu parce que premier a été caractérisé par une absence totale de débat contradictoire.

Me Prosper Niyonyankana , avocat de la partie civile partie civile a regretté de constater que le ministère public s’est gardé d’enquêter sur les rapports de la 3ème commission de la FBI. Les Etats unis avaient souligné la nécessité de prélever les tests ADN sur certaines autorités de la police et du service nationale des renseignements que cette commission avait trouvée suspectes dans le meurtre d’Ernest Manirumva.

« Nous estimons que personne n’est au dessus de la loi raison pour laquelle certaines personnes devraient écoutées pour que la vérité dans le meurtre du vice président de l’OLUCOME soit connue » a-t-il souligné.

Avec des mots non moins durs, Me Rufyikiri Isidore a indiqué qu’Ernest Manirumva aurait été victime d’une enquête qu’il a avait faite sur l’achat des armes par le pouvoir de Bujumbura mais qui ne sont jamais arrivées dans les institutions de défense et de sécurité. « Aujourd’hui la justice veut endosser tous les péchés d’Israël sur de simple boucs émissaires » a-t-il souligné.

Me Bernard Mainguin a aussi parlé de ce qu’il qualifie de rigolo. Il a dit qu’il a reçu des menaces de mort de la part du Général Adolphe Nshimirimana qui a été citée dans ce rapport de la FBI.

Ernest Manirumva a été enlevé de sa maison le 9 avril 2009. Certains éléments de la police et du service national des renseignements qui furent cités dans son exécution ont fui le pays, d’autres ont été à leur tour fait passés par les armes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

563 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 2 %)

Un membre du MSD sorti de l’hôpital et conduit en prison,(popularité : 2 %)

La vérité sur plus de 400 personnes massacrées à Kivyuka en 1996 reste mystérieuse,(popularité : 2 %)

Tanzanie : Sinduhije détenu atrocement, déplore Me Maingain,(popularité : 2 %)

L’Olucome dénonce les scandales de curruption à travers le pays,(popularité : 2 %)

Le BNUB salut la commission d’enquête sur les exécutions extrajudiciaires,(popularité : 2 %)

Primée pour son implication dans la défense de droits de l’homme,(popularité : 2 %)

HRW interdit de publier son rapport sur le Burundi, l’ONU s’inquiète ,(popularité : 2 %)

Libération provisoire sur cautionnement ,(popularité : 2 %)

Projet de loi sur la presse : HRW demande au Président l’abstention à la promulgation,(popularité : 2 %)