La gratuité des soins, un mal pour l’hôpital de Gitega




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 15 avril 2013  à 07 : 29 : 24
a

L’hôpital régional de Gitega accuse un manque à gagner de plus de 310 millions de francs Bu de 2012 à aujourd’hui suite à la gratuité des services sanitaires envers les enfants de moins de 5 ans et les femmes qui accouchent indique t on de sources sur place. Une des personnes travaillant dans cet hôpital qui garde l’anonymat indique que cet hôpital régional fonctionne à gestion autonome. Cela sous entend que l’hôpital paie son personnel grâce aux entrées.

Hélas, puisque le gouvernement arrive n’a pas encore honoré totalement ses engagement en payant la totalité des arriérés des services de gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes qui accouchent, hôpital parvient difficilement à payer son personnel selon ces propos. Selon lui, l’hôpital accuse un manque à gagner mensuel d’au moins 50 millions mais qu’une somme d’argent qui varie entre 25 et 30 millions ne sont jamais recouvrées.

Il a dit que sur une dette de plus de 540 millions de francs bu, une ONG « AMAGARA MEZA » qui appuie le gouvernement en matière sanitaire a déjà payé une dette de plus de 290 millions mais que les problèmes persistent toujours. Le problème de dette du gouvernement envers les hôpitaux à gestion autonome fait aussi parler de lui dans les hôpitaux de la Mairie de Bujumbura.

Vers le début de l’année le personnel de ces hôpitaux en Mairie de Bujumbura a menacé d’arrêter le travail. Le ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida a allégé sa dette en en payant une quelconque facture. Malgré la persistance de la dette, plus d’un estime que l’effectifs des femmes qui accouchent dans les établissements de santé est élevée suite à cette mesure.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

803 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 9 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 4 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 4 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière,(popularité : 3 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 3 %)

L’hôtellerie à Gitega frappée par la crise à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 2 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 2 %)