Les infirmiers sont en grève pour 5 jours




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 15 avril 2013  à 18 : 52 : 52
a

Les infirmiers regroupés au sein de deux syndicats à savoir le syndicat national du personnel de la santé (SYNAPA) et syndicat national des travailleurs de la santé (SNTS) ont commencé un mouvement de grève de 5 jours à partir de ce lundi en réaction contre ce qu’ils qualifient de mise en cause des droits acquis dus à la nouvelle loi régissant la politique salariale au Burundi.

Cette grève a été observée aussi bien à l’intérieur du pays qu’en Mairie de Bujumbura selon les témoignages. A l’’Hôpital Prince Régent le service minimum était rendu dans la plupart des services. Au service des urgences, le personnel était au complet en raison de l’épidémie de choléra qui sévit actuellement en Mairie de Bujumbura.

La même situation était observable à l’hôpital Roi Khaled où le personnel était assis dans la cour de cet hopital. Mais là aussi le service minimum était assuré. D’autres infirmiers s’étaient donné rendez vous à coté des locaux de ces hôpitaux juste pour tuer le temps. A l’intérieur du pays comme dans la province de Bururi seul le service minimum a été rendu dans les hôpitaux de Bururi, Rumonge et ailleurs, selon les informations des correspondants de la Rédaction Isanganiro.

La représentante du syndicat SNTS Bukuru Marie a dit qu’ils attendent que leurs préoccupations soient satisfaites pour reprendre le travail.

Comme revendication ces personnes indiquent que leurs primes et indemnités ont sensiblement baissé à cause de la nouvelle politique salariale, qui a fait que certains de leurs avantages" difficilement acquis" selon Bukuru Marie, ont été touchés par la nouvelle loi sur l’impôt sur revenue.

« Cette politique salariale impose le chapitre des indemnités et primes. Nous ne pouvons pas laisser les choses ainsi au moment où certains d’entre nous n’ont aucun sous sur leurs comptes » a-t-elle souligné.

Jusqu’à présent la ministre de la fonction publique ne s’est pas encore exprimée sur la question.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1971 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent





Les plus populaires
Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 26 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 14 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 7 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 7 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 7 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 3 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 3 %)

La polygamie à Muyinga divise la famille des musulmans ,(popularité : 3 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 3 %)

Une loi pour mettre fin aux violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)