Les ONG contre le nouveau projet de loi sur la presse




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 19 avril 2013  à 15 : 57 : 06
a

L’ONG Amnistie internationale indique que la liberté de la presse est menacée au Burundi par le nouveau projet de loi récemment adopté par le parlement en raison des dispositions qu’elle contient qui sont contraire à la constitution. Dans un communique de presse rendu public jeudi, soit un jour avant le débat du contenu de projet de loi par le sénat, cette organisation plaide pour que les instances sauvent la liberté de la presse au Burundi. Le même appel est lancé par le comité international pour la protection des journalistes.

« Nous estimons que ce projet de loi, sous sa forme actuelle, est une atteinte à la constitution du Burundi, qui pourtant garantit la liberté d’expression. Les principes contenus dans la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples pourraient être strictement restreints par des amendements qui accorderaient au gouvernement des pouvoirs étendus de nature restreindre la couverture de l’actualité et forcer les journalistes à révéler leurs sources »c’est le contenu d’une correspondance envoyée au président de la république du Burundi ce mercredi par le Comité International des Journalistes.

Dans cette correspondance, cette organisation demande au président de la république Pierre Nkurunziza d’user de ses pouvoirs pour que ce projet de loi ne soit pas adopté par le sénat ce vendredi. Les journalistes ont besoin d’exercer cette fonction sans intimidations, voire sur des sujets que le gouvernement veut tenir secrets.

Parmi les articles que cette organisation qualifie de lacunaire, il y a en particulier l’article 16 qui contraint le journaliste à révéler les sources si le gouvernement estime que les informations sont susceptibles de constituer une menace à l’ordre public, la sécurité nationale, la morale, la morale, l’économie nationale, etc. Cet article risquerait de constituer une menace pour le débat contradictoire au Burundi.

Cet article risque aussi de conférer des pouvoirs illimités puisqu’ils sont vagues selon cette organisation. Le droit de délivrer la carte de presse au Conseil National de la Communication risque de restreindre davantage la liberté de la presse au Burundi. Les amendes élevées jusqu’à 5000 dollars en cas d’infractions commises par un journaliste dans l’exercice de cette fonction.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

296 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 3 %)

Rwasa rejette le contenu du rapport des experts des Nations Unies sur la RD Congo ,(popularité : 3 %)

L’impartialité de l’institution de l’ombudsman mise en cause ,(popularité : 3 %)

L’Assemblée Nationale ensession extraordinaire, l’opposition s’inquiète du canevas,(popularité : 3 %)

La société civile et les médias privés accusés d’être de mèche avec l’opposition politique,(popularité : 2 %)

L’ Uprona de la réhabilitation réclame un sursaut patriotique ,(popularité : 2 %)

Armée régulière ou ânes à la solde du parti au pouvoir ?,(popularité : 2 %)

La nouvelle équipe de la CENI aussi décriée par Parcem,(popularité : 2 %)