Café : Les petits agriculteurs relégués à l’écart




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 21 avril 2013  à 08 : 43 : 13
a

« Le Burundi visiblement n’avait pas besoin d’une privatisation en marche forcée. Nous demandons que la privatisation de la filière café ait lieu en tenant compte des intérêts des petits agriculteurs. C’est à la banque mondiale que nous nous adressons en premier lieu », c’est le point de vue d’Olivier de Shutter , Rapporteur spécial des Nations- Unies pour le droit à l’alimentation, qui tire la sonnette d’alarme sur la politique de privatisation actuellement en cours dans la filière café au Burundi.

Au cours d’un point de presse qu’il a accordé à la Radio Isanganiro ce samedi, ce rapporteur onusien a déploré le fait que la privatisation de la filière café en cours au Burundi n’intègre pas le chapitre des droits humains.

Selon lui, plus de 80% des revenus des exportations proviennent du café mais les petits agriculteurs de ce produit sont laissés pour comptes. Selon lui, puisque plus de 55% des familles burundaises vivent des revenus de cette culture, la privatisation de cette culture ne devrait pas les reléguer à l’écart.

Olivier de Shutter, rapporteur des Nations- Unies pour le droit à l’alimentation, a aussi déploré le fait la banque mondiale n’ait pas tiré les insuffisances de la politique d’ajustement structurel des années.

« Le rapport de la banque mondiale pendant les années en 2006 sur l’agriculture et l’alimentation ont montré qu’il n’y a pas de véritables développement si la privatisation privilégie les plus offrants au détriment de petits agriculteurs » a-t-il souligné.

Ce rapporteur onusien a indiqué que cette politique de privatisation du café est en train d’avoir lieu sans tenir en considération leurs revendications. Il a dit qu’il envisage contacter les autorités de Bujumbura pour que le Burundi et la banque mondiale pour qu’ils puissent adopter une politique de privatisation de nature à profiter aussi aux petits agriculteurs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

726 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 7 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 4 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 4 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière,(popularité : 3 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 3 %)

L’hôtellerie à Gitega frappée par la crise à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 2 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 2 %)