L’ancien COTEBU met en vente sa production




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 27 avril 2013  à 11 : 41 : 24
a

Le deuxième vice président de la république du Burundi Dr Gervais Rufyikiri a parlé de sa satisfaction de constater que l’ancien COTEBU, complexe textile de Bujumbura reprenne la vente de sa production après 3 de privatisation de ladite entreprise.

Au cours d’une visite guidée dans cette entreprise qui se trouve aujourd’hui entre les mains des indiens, Dr Gervais Rufyikiri a plaidé pour que les grandes entreprises comme l’armée et la police viennent faire des commandes d’habits en coton au sein de l’Afri Textile à l’instar du passé.

Cette entreprise a un personnel de plus de 500 personnes alors que dans le passé elle était composée de plus de 2 milles personnes. Le directeur général de cette entreprise dit que d’ici au mois de mai, l’effectif du personnel sera multiplié par deux. Cependant , il se pose un manque d’énergie à l’Afri Textile puisque l’entreprise consomme plus d’un mégawatt par jour pendant près de 8 heures qu’elle fonctionne selon ce personnel.

L’autre problème d’actualité au sein de cette entreprise risque d’être l’absence de matière première à savoir le coton. « Nous utilisons le coton d’ici dans notre pays mais en cas de commande de marché de fourniture nous allons faire appel au marché étranger », a souligné une des autorités de cette entreprise.

Le deuxième vice président de la république, Dr Gervais Rufyikiri a indiqué qu’une lutte sans merci sera est désormais lancé contre le commerce illégal des habits aussi fabriqué par Afri Textile. Cette dernière a toujours payé son personnel pendant près de deux ans même si elle n’avait pas encore commencé la vente de sa production constituée essentiellement d’essuie mains, de pagnes, et autres.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1143 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)

Le manque de devises à la BRB à l’origine de la dépréciation du Franc Burundais,(popularité : 2 %)