Journée mondiale de la liberté de la presse : Une célébration sur fond d’inquiétude




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 3 mai 2013  à 16 : 21 : 15
a

Le président de l’Union Burundaise des journalistes a indiqué ce vendredi que les journalistes exercent ce métier au Burundi dans un contexte malsain au regard du projet de loi régissant la presse qualifié de liberticide par plus d’un.

Au cours d’une rencontre des responsables de la presse avec les journalistes et d’autres organisations d’appuis aux médias au Burundi juste après une marche manifestation pacifique à Bujumbura, le président de l’Union Burundaise des journalistes , Alexandre Niyungeko, n’a pas caché sa colère. Pour lui, le nouveau projet de loi en cours de promulgation ou non par le président constitue une épée de Damoclès pour la presse au Burundi.

Il a dit que l’obligation au journaliste de révéler les sources et de ne pas traiter les sujets ayant trait à la vie du pays comme la sécurité et l’économie du pays sont significatifs d’un retour en arrière pour le droit et le devoir d’informer.

De la part du président de l’Union Burundaise des journalistes pendant les états généraux pour la presse et la communication qui eurent lieu en 2009, le souci de la presse burundaise était de voir la dépénalisation des délits de presse devenir une réalité mais aujourd’hui le journaliste ferra face à une loi aussi rétrograde par rapport à celle de 2003 si une fois ce projet de loi venait à être promulgué par le président de la république.

Les personnes présentes dans la salle ont toutes demandé au président de la république de décider seul comme un père de famille en refusant de promulguer ce projet de loi qui, selon eux est significatif du refus de la démocratie au Burundi.

La Ligue des Droits de l’homme dans la région des Grands Lacs et l’Ambassade des Etats Unis au Burundi viennent de plaider à l’instar des autres organisations pour demander au numéro un du pays de ne pas promulguer ce projet de loi.

Malgré ces positions aussi tranchées à l’égard de ce projet de loi, le représentant de gouvernement dans ces débats n’a jamais parlé à propos de ce projet ce vendredi. Même le président de la république s’est gardé d’en dire quelque chose le premier mai lors de son message à la nation et même dans son discours officiel en province de Ngozi.

Ce silence face aux nombreuses critiques est tel au moment où plus de 11.200 personnes ont montré qu’ils ne veulent pas ce projet de loi aussi mauvais à travers à travers une pétition distribuée dans plusieurs centres du pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

407 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 8 %)

L’APRODH en recours à la CNIDH pour la libération de Mbonimpa ,(popularité : 4 %)

Ils sont interdits d’aller en Europe,(popularité : 3 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 3 %)

Patrice Mazoya libre, L’APRODH scandalisée ,(popularité : 2 %)

Le droit à la vie est en danger,(popularité : 2 %)

Vers une amélioration des conditions de détention,(popularité : 2 %)

La Cour Africaine des Droits de l’Homme en mission au Burundi, l’AJNA satisfaite,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)

Burundi : Dossier putsch, le ministère public interjette appel,(popularité : 2 %)