Les imbonerakure envisageraient une révolution contre l’Accord d’Arusha ?




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 14 mai 2013  à 11 : 26 : 41
a

Le porte parole du parti au pouvoir CNDD-FDD Onésime Nduwimana estime que les propos d’un des représentants des jeunes du parti au pouvoir à travers lesquels le pouvoir de Bujumbura envisage une révolution au Burundi en vue de venir à terme aux accords d’Arusha n’engagent que lui.

Contacté à partir de l’étranger où il était pour qu’il réagisse au nom du parti au pouvoir dont il est porte parole par rapport aux propos de Fidèle Nsengumukiza ce lundi, Onésime Nduwimana a réfuté en bloc les propos de ce jeune homme. Il a indiqué que le parti CNDD-FDD accepte les accords d’Arusha notamment parce qu’en 2005 ce parti a pris le devant dans la sensibilisation du peuple Burundais à la votation de la constitution issue des accords d’Arusha.

L’autre réaction non moins dure est celle de l’Uprona. Gasutwa Bonaventure, porte parole de l’Uprona de Kumugumya, demande au président du parti au pouvoir de traduire en justice ce jeune homme pour ses propos incendiaires et de donner un message d’apaisement à la population car, selon lui toujours, ces propos constituent une incitation à la haine.

L’Uprona de la réhabilitation de sa part qualifie ces propos de signes précurseurs de la perpétration du génocide au Burundi et demande au pouvoir de Bujumbura d’en boire les conséquences si rien n’était fait dans l’immédiat notamment en traduisant en justice Fidèle Nsengumukiza.

Certains jeunes imbonerakure sont accusés de violenter les gens et parfois même de les tuer sous prétexte qu’ils ne sont pas du parti à la tête des institutions ces derniers jours.

Ce jeune a bien dit qu’ils vont continuer à protéger les citoyens et qu’ils ne seront pas du tout jugés par la cour pénale de La Haye.

« En politique, on ne tue pas mais on élimine les obstacles, avait- il martelé sur les ondes de la RPA au cours d’une émission de samedi, des propos qui sonnent comme une guerre de mots parmi les acteurs de la vie politique du Burundi dont le CNDD-FDD lui-même.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

777 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 49 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 24 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 22 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 22 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 21 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 21 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 21 %)

Une personne tuée et d’autres blessées dans des violences à Bujumbura,(popularité : 18 %)

Les collinaires, des élections différentes des autres,(popularité : 17 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 17 %)