Fidèle Nsengumukiza arrêté à la RPA




Par: Désiré Nimubona , mardi 14 mai 2013  à 12 : 20 : 13
a

Fidèle Nsengumukiza vient d’être arrêté par les Services de Renseignements, selon une source de la documentation burundaise.

C’était entre 9h30 et 10h que ce membre du Conseil Economique et Social a été arrêté par le chargé de Renseignement Intérieur et ancien Directeur de la RPA Emmanuel Nsabimana.

Notre source souligne que Fidèle Nsengumukiza était en train de convaincre la RPA de lui tendre encore le micro pour clarifier ce qu’il avait dit dimanche matin lors d’une émission "Uterea Iki ?" (Quelle est ta Contribution) de la RPA , une émission à interaction publique.

Le même Nsengumukiza avait passé, tôt ce mardi matin, à la Radio Isanganiro, là aussi pour demander d’être accordé un petit moment de s’exprimer sur ses déclarations qui continuent à déférer la chronique.

Le membre du Conseil Economique et Social Fidèle Nsengumukiza, en même temps Secrétaire Général de l’Association des Jeunes Transporteurs, voulait convaincre la rédaction Isanganiro, ce mardi matin qu’il a agit en tant que « membre de la société civile » et non du parti présidentiel.

Après avoir échoué à convaincre les journalistes, il se serait dirigeait vers la RPA pour le même motif et c’est là où il est tombé dans le filet d’Emmanuel Nsabimana.

Selon une source du SNR, il est accusé d’ « Atteinte à l’administration publique », mais l’accusation peut être « requalifiée », selon notre source. Nsengumukiza, un ancien FNL de Rwasa pourrait par la suite être poursuivie pour beaucoup d’infraction.

"En politique on ne tue pas, on élimine les obstacles"

C’est cette phrase qui va marquer les médias depuis qu’elle a échappé des lèvres de Nsengumukiza.

S’exprimant à la RPA ce dimanche matin, ce jeune homme, membre de la Ligue des Jeunes du parti présidentiel le CNDDFDD, avait promis d’organiser, « avant les élections de 2015, une révolution contre les accords d’Arusha », pour la paix et la réconciliation entre les Burundais.

Il accusait les signataires de ces accords ( à commencer par Frédéric Bamvuginyumvira, vice président du Frodebu) d’avoir fait tomber le pays dans le gouffre et d’avoir ignoré la jeunesse burundaise. Pour contourner ces accords, il fallait selon lui, se lever pour se révolter contre ces accords, dans ce qu’il a appelé révolution.

« En politique on ne tue pas, on élimine les obstacles », dira l’actuel locataire de Mpimba s’adressant au vice président du parti Frodebu (Opposition) Frédéric Bamvuginyumvira, à la Radio publique Africaine dimanche matin.

Les condamnations remonteront de partout depuis ces déclarations, jugées de « criminelles » par certaines organisations politiques telles que l’Uprona (aile du Courant de réhabilitation de l’Uprona) , le Frodebu et même la Société civile (le FORSC), appelant au Président de la République et à la justice de réagir contre ce jeune qui n’a pas su retenir un peu sa langue.

Juste après ces déclarations, le parti présidentiel, le CNDDFDD s’est vite précipité pour se désolidariser avec ce « simple membre » de la Ligue des Jeunes du même parti.

Onésime Nduwimana, depuis l’étranger a tenu vers 11h ce lundi un point de presse avec 5 médias burundais soulignant aussi que son parti n’est ni de près ni de loin responsables de ces déclarations.

Ce même parti avait annoncé reconnaitre les accords d’Arusha comme fondation de la stabilité actuelle et mère de la Constitution de la République en vigueur actuellement, votée en 2005, y compris les membres du même parti qui ont avaient pourtant dit "oui".




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1947 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 4 %)

Deux pays différents deux justices différentes : Sinduhije libéré ce mardi ,(popularité : 3 %)

L’Aprodh déplore l’augmentation de prisonniers ces derniers jours suite aux tensions politiques ,(popularité : 3 %)

Arrêt des activités contre une main politique dans la justice,(popularité : 3 %)

Le sénat valide la nomination de six magistrats,(popularité : 3 %)

Pierre Claver Mbonimpa devant la justice ce vendredi,(popularité : 3 %)

Les inquiétudes de la LDGL dans la sous région,(popularité : 3 %)

Le FORSC satisfait de l’appel de l’UE contre des agents cités dans des assassinats,(popularité : 3 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 3 %)

APRODH : Mauvaises conditions carcérales à Karusi,(popularité : 2 %)