L’UE et ACP : les accords de partenariat économiques pataugent




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 27 mai 2013  à 17 : 10 : 20
a

Hilaire Ntakiyica , président de la commission infrastructure au niveau des accords de partenariats économiques avec le Burundi, a indiqué que le Burundi et les autres pays d’Afrique , Caraïbe et Pacifique ont intérêt à ne pas avoir signé l’accord de partenariat économique avec les pays membres de l’Union Européenne.

Au cours d’un point de presse qu’il a animé ce lundi, Hilaire Ntakiyica a signalé que le Burundi est avec les pays ACP dans ces négociations. Cependant ces négociations n’avancent pas au regard des divergences actuelles, selon ces termes. Selon lui, les pays européens ont besoin de faire entrer leurs marchandises et d’acheter les produits dans les pays du sud, mais ils ne désirent pas que ces même pays ACP envahissent le marché européen.

Pour le cas du Burundi au moins quatre étude faites par les organisations telles la banque mondiale, et autres ont prouvé que le Burundi risque de perdre plus de 20 milliards par an.

« Dans l’entre temps, les pays européens, puisqu’ils y voient beaucoup d’avantages, ont besoin que les pays ACP apposent leurs signatures sur ces documents qui doivent faire objet de négociation » a souligné Hilaire Ntakiyica.

Comme stratégie économique pour la survie du partenariat économique, Hilaire Ntakiyica indique que les pays des Caraïbes, Pacifique et Afrique ont intérêt à tisser les liens de coopérations économiques avec pays émergeant comme l’Inde, le Brésil et de l’Afrique du Sud. Les ACP devraient aussi se tourner vers la Chine au regard de son implication dans la conquête du marché africain au bénéfice aussi des pays du Sud.

Les négociations sur le partenariat économique entre les pays ACP et l’Europe datent de 2007 mais elles ne sont toujours pas effectives. Hilaire Ntakiyica estime que certaines risqueraient au Burundi si une fois cet accord serait signé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

341 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe



a

Burundi : La Régideso face à la demande accrue d’eau et d’électricité



a

Bujumbura : arrestation de deux agents d’une agence de crypto-monnaie



a

Mwaro : les friands des avocats dans le spleen



a

Bururi -Rumonge : 8 « promoteurs » de grève des transporteurs arrêtés



a

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs



a

Le prix du kilo de l’huile de palme grimpe



a

Bujumbura frappée par la pénurie du mazout



a

Rumonge : aucun navire congolais n’a accosté au port commercial ce lundi



a

Des boissons brarudi à destination de la RDC saisies au port commercial de Rumonge





Les plus populaires
Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe ,(popularité : 15 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 5 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 4 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 4 %)

Burundi : La Régideso face à la demande accrue d’eau et d’électricité,(popularité : 4 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi ,(popularité : 3 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 3 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 3 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 3 %)