Le sénat belge inquiet du projet de loi sur la presse




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 29 mai 2013  à 15 : 59 : 12
a

Trente et six (36) sénateurs belges viennent d’envoyer une correspondance au Président de la République du Burundi dans laquelle ils lui demandent de ne pas promulguer le projet de loi sur la presse tel qu’il est actuellement.

Dans cette correspondance en effet, ces sénateurs indiquent que certains articles contenus dans ce projet de loi sont contraires aux textes de lois régissant le Burundi à savoir la Constitution de la République, l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation entre les Burundais, le Pacte International des Droits Civils et Politiques pour ne citer que ceux là.

Selon ces parlementaires certains des articles contenus dans ce projet de loi sont opposés aux clauses de la conférence des bailleurs de fond sur le Burundi tenue à Genève en octobre 2012 et aux ambitions du pouvoir de Bujumbura dans la lutte contre la corruption et les malversations économiques.

Ces sénateurs sont contre l’obligation aux journalistes de révéler la source des informations quand ces celles-ci ont trait à la sécurité de l’Etat, à l’ordre public, au secret de la défense et l’atteinte à l’intégrité de morale et physique des personnes.

L’interdiction aux journalistes de diffuser des informations portant atteinte à la sécurité de l’Etat, au secret d’Etat est une variable qui roule contre les textes de loi nationaux et internationaux que le Burundi a ratifiés selon ces sénateurs belges. De la part de cette correspondance, les journalistes seront acculés à de trop lourdes amendes en cas de délits de presse.

Ces parlementaire sont aussi loin de comprendre comment le journaliste ne sera pas autorisé à traiter des sujets se rapportant à l’économie du pays, à la sécurité de l’Etat, à la défense du pays et autres, comme le nouveau projet de loi le stupile.

Ces 36 sénateurs belges demandent au président de la république Pierre Nkurunziza de ne pas promulguer ce projet de loi sur la presse aussi longtemps qu’il reste bourré d’imperfection de nature à constituer un frein pour la réussite des élections de 2015 et à la démocratie au Burundi .

Selon l’Agence Belga, le chef de la diplomatie burundaise Laurent Kavakure aurait pour objectif de visiter le parlement belge pour expliquer ce projet de loi sur la presse.

Vendredi de cette semaine, l’ONG Amnesty Internationale organise une manifestation au siège de l’Ambassade du Burundi en Belgique contre le même projet de loi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

377 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message