Condamnation unanime de la loi qu’il a promulguée




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 7 juin 2013  à 07 : 28 : 59
a

Les acteurs de la vie du pays à savoir la société civile, les politiques excepté le parti au pouvoir, les confessions religieuses, les professionnels des médias et autres convergent pour demander aux journalistes burundais de continuer à exercer ce métier en faisant fi de la nouvelle loi régissant récemment promulguée par le président de la république.

Au cours des interviews qu’ils ont accordées à six médias qui ont travaillé en synergie pour décrier ce projet de loi ce jeudi, ces acteurs de la vie politique du pays qualifient d’anticonstitutionnelle la loi sur la presse qui a été promulguée par Pierre Nkurunziza le 4 juin 2015.

Sauf si le Burundi veut évoluer en vase clos il est pratiquement impossible de suivre cette loi aussi lacunaire par rapport au contenu de la constitution selon le délégué général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC Vital Nshimirimana. Difficile de dire que les journalistes vont se garder de parler des violations des droits de l’homme selon ses propos. Pour lui, le président de la république s’est trompé en promulguant ladite loi.

Même son de cloche de la part du président de l’ADC Ikibiri. Léonce Ngendakumana a appelé les burundais à se révolter contre cette loi.

Le président de la Fondation Intahe de son côté a signalé que le président de la république a promulgué une loi inconstitutionnelle.

« Nous avons beaucoup d’imperfections à dénoncer. Cette loi est digne des pouvoirs doctoraux car il est aberrant d’empêcher aux citoyens le droit de s’exprimer » a souligné Cassien Simbare, président de la Fondation Intahe.

Le président de l’Observatoire de la Presse au Burundi, OPB, Innocent Muhozi a de sa part dit que les journalistes ne vont pas respecter cette loi puisqu’elle est contraire aux contenus des textes internationaux et la constitution qui régissent le Burundi.

Vincent Nkeshimana, président de l’Association Burundaise des Radios diffuseurs , ABR, demande aux journalistes de ne pas perdre courage mais de continuer à travailler comme si cette loi n’existait pas puisque certains de ces articles sont contraires à la constitution.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

775 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message