Presse : Les défenseurs des droits de l’homme aussi inquiets




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 11 juin 2013  à 06 : 49 : 29
a

Le haut commissariat aux droits de l’homme au sein des Nations Unies est inquiet de la loi sur la presse au Burundi récemment promulguée parle président de la république.

Dans un communiqué rendu public vendredi de la semaine écoulée, le haut commissariat aux droits de l’homme de Genève relève certaines des imperfections contenues dans cette loi et qui, selon cette institution internationale de défense des droits de l’homme, risquent de constituer un coup dur pour l’avenir de la presse dans ce pays de l’Afrique centrale. Il s’agit de la restriction des domaines de travail pour les journalistes.

Selon ce communiqué, les journalistes sont acculés à ne plus travailler sur le secret de la défense, sur la monnaie, le crédit de l’Etat, et autres. Le même communiqué s’inquiète qu’actuellement le conseil national de la communication jouit de pouvoirs énormes, notamment le droit de donner ou de retirer la carte de presse aux journalistes.

De la part du haut commissariat aux droits de l’homme, cette loi n’est pas conforme aux textes de loi que le Burundi a ratifiés en particuliers le pacte international relatif aux droits civils et politiques et ne répond pas aux attentes de la population, en particulier le besoin pour celle-ci d’être au courant de l’actualité sur les sujets sensibles du pays et restreint en même temps les sources d’informations.

Le haut commissariat aux droits de l’homme demande au pouvoir de Bujumbura de respecter les normes juridiques internationales en matière de la liberté d’expression comme cela se trouve ratifié à travers plusieurs textes internationaux qui régissent aussi le Burundi.

Outre le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, beaucoup d’organisations nationales et internationales se sont déjà exprimées contre cette loi qu’elles qualifient de liberticide à savoir la France, la Belgique, le Secrétaire Général des Nations Unies, les organisations de la société civile, les acteurs politiques etc autres.

Selon Innocent Muhozi , les journalistes burundais vont continuer à travailler comme si cette loi n’existait pas en respectant scrupuleusement le contenu de la constitution ainsi que l’éthique et la déontologie régissant la presse au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

389 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 4 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 4 %)

Le Parlement belge inquièt de l’environnement politique burundaise ,(popularité : 3 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 3 %)

Les manifestations changent de forme à Musaga,(popularité : 3 %)

Une majorité de burundais soutiennent la limitation des mandats présidentiels à 2 ,(popularité : 3 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)