Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute




Par: Désiré Nimubona , mardi 11 juin 2013  à 18 : 35 : 22
a

Les cérémonies de commémoration du 18 ème anniversaire des massacres des étudiants à l’université du Burundi ont été reportées sine die par le Recteur de cette université, Gaston Hakiza ce mardi.

« C’est une grande consternation. La mémoire est morale et correspondante à la date du crime », regrette le Secrétaire Général de l’Association pour la Mémoire et la Protection de l’Humanité contre les Crimes Internationaux, AMEPCI –Gira Ubuntu, Aloys Batungwananyo.

« On ne désarme pas », dit Batungwanayo dans les enceintes de l’université du Burundi, ce mardi soir alors que les tentes qui devraient abriter la messe de requiem de ces cérémonies, au campus Mutanga, venaient d’être démontées.

Selon cette organisation, personne n’est à mesure de comprendre comment une autorité de cette université puisse suspendre les cérémonies de commémoration des massacres qui ont eu lieu dans une famille qu’il dirige.

La correspondance de demande d’autorisation avait été écrite le 20 mai 2013 au recteur et celui-ci avait marqué son accord le 4 juin 2013.
A leur grande surprise, les organisateurs de ces activités disent avoir reçu, vers 11h 30 minutes mardi 11 juin 2013, la décision du Recteur, leur interdisant de commémorer sans pourtant donner plus de détails sur les raisons de cette décision tardive.

« Nous avons reçu une lettre vers 11h 30 minutes alors que l’on devrait commencer les activités à 14h », annonce l’AMEPCI-Gira ubuntu.
C’est une façon de nous empêcher de pleurer les nôtres, regrette Batungwanayo, assimilant l’événement aux tueries de 1972 quand il n’était pas autorisé de pleurer les morts ou organiser des cérémonies de deuils.

Le Recteur réagit

Au niveau de l’université du Burundi, le Recteur, Gaston Hakiza fait savoir que la raison est que « la date de la commémoration est tombée au jour du travail » ; soulignant que ces activités peuvent être « reportées », un « mercredi après midi ou dans un weekend après midi ».

« Nous connaissons cette journée et nous participons aussi dans ces cérémonies », souligne Hakiza, martelant qu’en tant que burundais, il comprend la douleur des familles et des rescapés. Par ailleurs, il ajoute qu’en tant que burundais il soutient l’’effort du Gouvernement dans la mise en place des mécanismes de justice transitionnelle.

Selon lui, il n’y a pas de mobile derrière ce refus, sauf qu’il faut choisir un bon moment pour ne pas perturber aussi les activités académiques.

Le recteur de l’université du Burundi dit avoir été saisi par le responsable de la sécurité au campus Mutanga pour annuler ces activités, et dit que lui-même, depuis un certain temps, il avait demandé un report de ces activités pour une autre journée, autre que celle du 11 juin 2013, sans pour autant convaincre les organisateurs.

Il avoue cependant qu’il n’avait pas su que la journée du 11 juin tomberait un mardi, jour du travail quand il a marqué son accord.

« La date est intouchable »

Au niveau de l’AMEPECI Gira Ubuntu, la date du 11 est significative car même les bourreaux n’ont pas reporté la date pour massacrer ces étudiants dont l’effectif est d’ailleurs inconnu jusqu’ici. Par ailleurs, estime Batungwanayo, le cas de l’université du Burundi n’a rien de différent des autres cas de commémorations comme celles de Teza, Ta ba, Buta, Gatumba, Kibimba ou ailleurs dans le pays où les dates aux quelles les tueries ont eu lieu sont respectées comme telles.

Par ailleurs, ajoute t-il, ce n’est pas la première fois que ces activités soient organisées un après midi le jour du travail à cette université, mais c’est la première fois que l’administration de cette université refuse aux rescapés de commémorer.

Des informations des étudiants et travailleurs qui étaient sur place disent qu’il n’y a pas de tension entre les étudiants, saluant par ailleurs l’unité « jamais vue » dans la préparation des activités du genre. Nos sources disent que toutes les ethnies font parti de cette association qui avait préparée ces cérémonies.

Au moment où la décision du Recteur dit qu’il a eu des entretiens en rapport avec ces activités avec certains des représentants des étudiants, certains de ces mêmes représentants des étudiants disent avoir rencontré pour la dernière fois le recteur, mi-mai 2013, avant même la demande de l’AMEPCI.

Mais d’autres disent que ce matin, le Recteur a appelé le Représentant des Etudiants pour lui signifier du retrait de l’accord donné il y a plus d’une semaine, une chose confirmée à moitié par Gaston Hakiza.

Les dignitaires qui avaient été invités à ces cérémonies dont d’ailleurs la Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Odette Kayitesi (elle-même rescapée) ont du rebrousser chemin après avoir appris la nouvelle. Les activités ont continué dans une salle de l’OPDE pour une série des témoignages des rescapés. Ainsi, la messe initialement prévue a été suspendue par cette mesure.

Depuis 2005, chaque 11 juin, les rescapés des massacres de juin 1995 de l’université du Burundi, de même que les familles des victimes, se rencontrent, pour se souvenir de ces tueries dont les commanditaires restent libres.

Dans la nuit de 11-12 juin 1995, (en plaine crise civile), certains des étudiants de l’université du Burundi, (essentiellement de l’ethnie hutue) ont été tués au campus Mutanga. D’autres ont été tués dans des quartiers proches de ce campus alors qu’ils tentaient de se sauver. Personne ne sait où ils ont été enterrés bien que certaines sources évoquent la présence des fosses communes au campus Mutanga.

D’autres disent avoir vu une camionnette de cette même université transportant des cadavres des étudiants, la veille des massacres, vers une destination qui reste inconnue jusqu’ici.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1351 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 15 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 14 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 11 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 11 %)

A quand le retour du Lycée Vugizo dans ses bâtiments ?,(popularité : 10 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 10 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 9 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 9 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 9 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 9 %)