Vers la fin de la transparence sur les finances publiques




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 23 juin 2013  à 18 : 59 : 42
a

« Les projets de textes réglementaires modifiant les crédits votés dans la loi des finances sont transmis pour observations éventuelles au parlement et à la cour des comptes », c’est le contenu d’un des articles de la loi des finances de 2008 proposée par le sénat au parlement burundais pour amendement en vue d’accorder les pleins pouvoirs au président de la république à décider seul en matière de principes budgétaires selon certains parlementaires .

L’assemblée nationale a en effet reporté sine die ce vendredi le projet de loi portant modification de la loi de 2008 sur les finances publiques. Le sénat avait en effet plaidé auprès de l’assemblée nationale d’adopter ce projet moyennant l’amendement de 3 articles sur les principes budgétaires. Le premier proposé pour amendement stipule que "les règles de contrôles budgétaires et de mise en cause de la responsabilité des agents publics et des ministres en matières de budgétaire, financière et comptable doivent être définies’’.

Normalement le président de la république a le droit de rectifier la loi budgétaire proposé par la loi des finances jusqu’à uniquement 2 % selon ces parlementaires. Ce projet de loi propose cette fois que l’article qui stipule qu’’en cas d’urgence et de nécessité absolue des crédits complémentaires peuvent être ouverts par décret du président de la république sous conditions de respecter le solde budgétaire global arrêté par la loi des finances’’ soit aussi amendé.

Certains parlementaires ont indiqué si une fois ce projet de loi venait à être amendé tel que proposé par le sénat, le parlement aurait ainsi cédé sa mission principale de contrôle de l’action gouvernementale et en particulier en matière de contrôle des finances de l’Etat.

La transparence serait aussi reportée aux calendes grecques si les amendements apportés par le sénat devenaient réalité selon ces parlementaires.

Les injonctions des bailleurs de fonds tel la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International à savoir la transparence dans la gestion de la chose publique en subiraient aussi un sérieux revers selon ces parlementaires.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

614 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 9 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 5 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 3 %)

Limogeages en cascade des gouverneurs ,(popularité : 3 %)

’’Une manifestation pacifique est possible’’, prédit l’opposition ,(popularité : 3 %)

Rwasa : Un référendum sur la constitution ne serait qu’une simple spéculation politicienne,(popularité : 3 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 2 %)

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement,(popularité : 2 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 2 %)