Les Evêques du Burundi déplorent les exécutions « sauvages » des citoyens




Par: Désiré Nimubona , vendredi 25 novembre 2011  à 12 : 04 : 39
a

Le Président du Conseil Épiscopal de l’Afrique Centrale, Mgr Simon Ntamwana, au nom des Évêques Catholiques du Burundi, a qualifié de « sauvage » les gens « inconnus » qui tuent les gens ces derniers jours au Burundi.

Il s’exprimait lors d’un point de presse de ce jeudi dans l’après midi, de retour d’une mission de travail au Bénin, où les évêques burundais avait été invités dans les cérémonies d’accueil du Pape Benoit XVI.

Se prononçant sur le récent cas d’assassinat de Léandre Bukuru, tué par des inconnus, mais à bord d’un véhicule de la police et en tenu policière, l’Archevêque ne mâche pas ses mots : « Ceux qui l’ont fait ne sont plus des humains, ce sont des sauvages ».

Selon l’Eglise Catholique, « tuer quelqu’un et le défigurer pour empêcher les gens de l’identifier » est un crime grave qui ne devrait pas se retrouver dans la communauté des humains.

Selon Mgr Ntamwana, celui qui provoque la division de population est en dehors de la société. « Il faut changer cette situation non pas par violence mais par un agir responsable, c’est-à-dire à la non violence », a souligné Mgr Ntamwana.

Selon lui, il y a une urgence de changement de cœur qu’il faut demander au gouvernement, aux chargé de la justice, car, ce qui est en train de se faire n’honore pas les burundais, t-il dit.

« C’est lâche, c’est exécrable, (…) c’est méchant » de défigurer quelqu’un comme ça a été pour le cas de Léandre Bukuru. Ces techniques du mal sont l’inspiration des gens les plus extrémistes. « Nous voulons y opposer notre humanisme », a-t-il martelé.

S’exprimant sur la lenteur des enquêtes, Mgr Ntamwana déclare : « Je suis tout à fait soufrant du temps que ça peut prendre pour me faire connaitre ceux qui ont fait ça », selon l’église catholique, il faut des nouvelles technologies pour faire des enquêtes dans les plus brefs délais, pour connaitre les auteurs de ces tueries opérées dans la clandestinité totale et sans aucune condamnation de la part de l’administration, à une échelle aussi grande.

Appel au Dialogue entre politiciens burundais et au respect des médias

Les évêques burundais appellent au gouvernement et les politiciens de l’opposition de s’asseoir ensemble pour sauver le pays.

« Ce pouvoir qui interdit aux gens de s’exprimer, est-il un pouvoir qui va nous sauver ? », « s’ils sont des sages, qu’ils se mettent ensemble pour se parler » a déclaré Mgr Ntamwana, soulignant que la culture de la vérité et du dialogue dans les cœurs de certaines autorités a sensiblement dégradé.
Pour ces évêques, pas question de museler ou d’interdire les gens de s’exprimer, face à ces situations de violation des droits de l’homme.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1470 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 6 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 3 %)

Allain Guillaume Bunyoni demis de ses fonctions ou seulement remplacé ? ,(popularité : 3 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Les acteurs politiques ont-ils besoin de la CVR ?,(popularité : 2 %)

La commune Giharo a un nouvel administrateur,(popularité : 2 %)

Divergeances sur le retour des restes du roi Mwambutsa IV au sein de sa famille ,(popularité : 2 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 2 %)

Lettres de noblesses envers Isanganiro,(popularité : 2 %)