Clément Butoke : « les billets de banque usagés nuisent à l’image du pays »




Par: Poly Muzalia , jeudi 27 juin 2013  à 16 : 41 : 22
a

Usés, mutilés, crasseux. Les billets de banque burundais affichent piètre allure. Si cette situation n’affecte pas l’économie du pays, elle « nuit sérieusement à l’image du Burundi », selon Clément Butoke du service émission, caisse et trésor à la Banque de la République du Burundi (BRB).

Des plus petites coupures aux plus grandes, les francs burundais sont généralement en lambeaux. Mais c’est surtout entre 100 et 2000 francs, billets à faible valeur faciale utilisés pour rendre la monnaie que la détérioration est plus avancée. Pour Clément Butoke, la raison est simple : les banques commerciales ne jouent pas correctement leur rôle en ce qui concerne la collecte et le recyclage des billets usagés. Il pointe aussi du doigt la mauvaise utilisation de la monnaie par les usagers qui, selon lui, ne prennent pas soin des francs burundais.

Pour Cyrille SINGEJEJE, président de l’Association des banques et établissements financiers du Burundi, il faudrait nuancer. "La banque centrale a instruit les banques commerciales de collecter pour elle les billets trop usés pour les retirer de la circulation", reconnaît-il. Il admet aussi que certaines banques ne s’acquittent pas toujours de cette obligation. Mais selon lui, "le vrai problème, ce sont les billets qui circulent sans passer par le circuit bancaire". Difficile donc dans ce cas de recycler de telles coupures. Il s’agit souvent des petites coupures entre 100 et 2000 francs burundais.

Pourtant, pas question de remplacer ces petites coupures par des pièces métalliques. « Nous avons constaté un problème d’acceptation des pièces métalliques par le public », explique Clément Butoke. Pour la BRB, seul un fonctionnement harmonieux du système de recyclage des vieux billets, en partenariat avec les banques commerciales permettrait d’avoir en circulation des billets propres.

De leur côté, les commerçants sentent déjà les conséquences de ce vieillissement des billets. Une vendeuse de fruits rencontrée en face du marché central de Bujumbura indique subir des pertes en raison du refus, par certains clients, de billets particulièrement abimés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

972 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 4 %)

Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie ,(popularité : 3 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 3 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin ,(popularité : 3 %)

Muyinga/La police débusque l’exportation illégale du café,(popularité : 3 %)

Exposition des produits du Kenya et du Burundi au terrain Tempête ,(popularité : 3 %)

« Le Gouvernement doit plus ou moins 10 milliards aux pétroliers », dixit le président de l’Olucome ,(popularité : 3 %)

Burundi : les recettes inférieures aux prévisions en 2015,(popularité : 3 %)