L’OLUCOME plaide pour le personnel de l’ancien EPB




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 4 juillet 2013  à 09 : 34 : 43
a

L’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, OLUCOME, estime que plus de 360 millions de francs bu risquent d’être affectés ailleurs si rien n’est fait par les instances habilitées.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro ce mardi, le président de l’OLUCOME a indiqué que cette somme d’argent ci haut citée avait été prévue pour le licenciement du personnel de l’ancienne Exploitation du Port de Bujumbura, EPB devenue Global Port Services après privatisation au début de l’année en cours.

De la part de Gabriel Rufyri, président de cette organisation, il subsiste des zones d’ombres quant à la façon dont cette somme d’argent sera affectée à leurs propriétaires puisque l’entreprise fait aujourd’hui face à nombre d’obligations à savoir notamment la gestion du contentieux avec le personnel qui a été licencié, l’achat des nouvelles machines pour l’entreprise et ses engagements envers les tiers , pour ne parler que ceux- là.

Le président de l’OLUCOME estime de prime abord que cette entreprise devrait honorer ses engagements envers le personnel et demande aux instances habilitées de tout faire pour ne pas affecter ailleurs les 360 millions francs déjà prévu.

Le directeur de "Global port services’’ de sa part a dit qu’il ne sait d’où sont venus les propos de Gabriel Rufyiri. Selon lui cet argent se trouve sur un compte et il appartiendra au gouvernement de la leur distribuer.

Le personnel de l’ancien EPB réclame ces indemnités de licenciement depuis que cette entreprise ait été privatisée mais la réponse se fait toujours attendre.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

306 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 17 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 9 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 5 %)

Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 5 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 5 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 4 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 4 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 4 %)

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs ,(popularité : 4 %)

Le trafic va de mal en pis au port commercial de Rumonge ,(popularité : 4 %)