Finalement à qui profite la démocratie occidentale ?




Par: , lundi 8 juillet 2013  à 12 : 52 : 28
a

Point de vue de Hassan NGENDAKUMANA (voir photo)

Au lieu de voir la démocratie comme le résultat d’une succession de conquêtes glorieuses remportées par le peuple, conscient de sa force, sur l’inertie d’une oligarchie arc-boutée sur ses privilèges, voyons le processus de démocratisation occidentale comme la suite d’adaptations entreprises par l’oligarchie pour consolider sa domination et se préserver des éruptions populaires trop débordantes d’empathie révolutionnaire.

La démocratie occidentale ne s’est pas construite contre l’oligarchie, mais avec sa complicité. Pire encore, l’oligarchie est à l’origine même de la démocratie moderne. Elle a, par conséquent, façonné la démocratie à son image afin qu’elle serve ses intérêts particuliers. La démocratie occidentale en porte la marque (le système représentatif) ; nos institutions en ont les stigmates (un multipartisme de façade ; des droits et des libertés impuissants contre les fondamentaux libéraux de l’oligarchie ; l’argent comme carburant de la vie politique ; une répartition très inégalitaire des richesses produites, etc.).

Ce point de vue devrait nous permettre de comprendre pourquoi les démocraties occidentales commettent de manière régulière des crimes de masse au nom de leurs peuples et des valeurs démocratiques sans que les opinions publiques ne s’en émeuvent outre mesure ; pourquoi elles peuvent utiliser sans vergogne le chaos et la guerre dans les relations internationales pour maintenir leur prééminence sur les affaires du monde.

Pourquoi les Occidentaux s’allient avec l’islamisme radical pour détruire des pays comme la Libye, l’Egypte la Tunisie et la Syrie tout en se prétendant les anges gardiens de l’innocence et du bien, etc. ?

Toutes ces contradictions apparentes entre les principes des Lumières affichés par les sociétés occidentales et leurs actions politiques et géopolitiques concrètes s’expliquent, notamment, parce que l’oligarchie est au cœur même des démocraties occidentales, qu’elle en est l’architecte et le metteur en scène qui écrit le scénario de son évolution. La démocratie représentative occidentale n’entrave ni la puissance de l’oligarchie ni l’expression de ses vices et de ses dérives. Elle en est, au contraire, l’instrument privilégié.

Par le système de la représentation, les peuples offrent leur caution morale aux choix de leurs mandataires qui prétendent agir en leur nom, ce qui n’est d’ailleurs guère contestable d’un point de vue légal. De la sorte, les crimes de l’oligarchie sont aussi les nôtres, puisqu’ils sont l’œuvre de nos représentants et que nos protestations face à leurs actions criminelles se traduisent généralement par leur réélection ! Quelques fois, cependant, il arrive qu’un des mauvais génies de l’oligarchie soit sacrifié par ses pairs et soit mis à l’écart. Mais, dans ce dernier cas, il est généralement prestement remplacé par un autre qui poursuit allègrement l’œuvre de son prédécesseur.

Les droits n’ont été octroyés que pour moraliser et justifier l’exploitation des plus faibles et donner à cette exploitation le sceau démocratique qui permettra de prétendre qu’elle est le résultat de l’expression de la souveraineté populaire.

Ce n’est plus Dieu et son représentant sur terre qui exigent une société de maîtres et d’esclaves, de dominants et de dominés, de bienheureux et de damnés, c’est le peuple lui-même pris au piège de sa propre souveraineté dans un système de démocratie représentative qui offre à ses représentants les clefs de sa propre servitude.

Les régimes occidentaux baignent dans le dogme de l’infaillibilité démocratique, dogme qui transforme leurs actions criminelles en aventures humanitaires, leurs prédations commises pour des intérêts privés en combats moraux et fraternels. Avec ce dogme, l’Occident s’offre une sorte d’innocence perpétuelle et se pare de toutes les vertus.

D’une certaine manière, l’aléa moral a disparu au sein des démocraties occidentales : elles ne peuvent mal agir, puisque ce sont des démocraties. L’Occident peut dès lors déshumaniser les « autres », ses ennemis qui ne portent pas les habits de la démocratie ; il peut dès lors les massacrer au nom des droits de l’homme et racheter leurs âmes damnées en les envoyant en enfer. Sur la base de ce principe, les sociétés occidentales assurent l’impunité des crimes perpétrés par leurs démocrates aux mains sales.

Qu’importe qui a le pouvoir abstrait ou symbolique, ce qui compte est d’exercer le pouvoir réel, même si c’est au nom d’une abstraction lyrique comme le « peuple souverain » que ce pouvoir est mis en œuvre.

Le souverain – le peuple – n’exerce pas le pouvoir, il se contente de s’en dessaisir au profit d’une poignée d’élus qui aura carte blanche pour agir à sa guise. Le peuple est un souverain déchu et qui déchoit un peu plus après chaque vote.

Le peuple, sorte de Sisyphe qui porte le vote comme son fardeau, consent volontiers à ce dessaisissement, par paresse, crainte, résignation, lassitude ou lâcheté. Car il faut une certaine lâcheté ou immoralité pour offrir son vote à des individus qui commettront immanquablement – l’expérience le prouve – un certain nombre de crimes au cours de leur mandat. Ces crimes, par le jeu de la représentation, sont commis en notre nom, par une oligarchie aux valeurs inébranlables et éternelles.

Le vote est ainsi une sorte d’offrande faite à un Dieu tout puissant qui ne rend compte de ses actes qu’à lui-même. À échéances régulières, le peuple vient sacrifier sa souveraineté sur l’autel de la démocratie représentative.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

244 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La démocratie en danger au Burundi



a

Heureusement, nous mourons



a

2015 : Le Burundi à la croisée des chemins



a

La vérité du vote de 2015 et la légitimité sans appel du gagnant



a

Regard rétrospectif sur la manifestation du 10 mai 2014 à Ottawa



a

Stratégie d’ancrage militarisé du régime ou bourgeonnement vers un génocide au Burundi ?



a

Ingérence ou trait de caractère du pouvoir de Bujumbura ?



a

Université du Burundi, vers la fusion de toutes les facultés en une seule : La faculté des sciences !



a

Le nouveau Maire élu de Gatineau rend hommage à feu Ambassadeur Philippe Kanonko



a

Voeux à l’occasion du 11è anniversaire de la Radio Isanganiro





Les plus populaires
L’abus du pouvoir par Honorable Alexis BAREKEBAVUGE inquiète et indigne les natifs de CIBITOKE,(popularité : 8 %)

The sun could electrify the whole of South Africa,(popularité : 8 %)

La vérité du vote de 2015 et la légitimité sans appel du gagnant,(popularité : 7 %)

UK criticised for lack of clarity on decision to cancel aid to Burundi,(popularité : 6 %)

Le Burundi en marche vers l’Etat fédéral ?,(popularité : 5 %)

LA CULTURE DU SECRET PAR L’ACTUEL GOUVERNEMENT DU BURUNDI REMPORTE SUR LA PROMOTION DE SA TRANSPARENCE,(popularité : 5 %)

Opinion d’un internaute : E.M.Ndayirukiye,(popularité : 4 %)

Dépouille de Mwambutsa IV : Quelles leçons doit-on tirer de la décision de la cour de Genève ?,(popularité : 4 %)

Les "non-dit" du rapatriement controversé des restes du corps de MwambutsaIV :
Opinion d’Emmanuel Ndayirukiye ; Rohero ; Bujumbura-Burundi,(popularité : 4 %)

Campagne contre la vie chère,(popularité : 4 %)