Mutaho : les opposants affirment être harcelés par les Imbonerakure




Par: Poly Muzalia , jeudi 11 juillet 2013  à 15 : 23 : 12
a

Les opposants de la commune de Mutaho dénoncent des actes d’intimidation et d’intolérance politique dont ils seraient victimes. En cause, les Imbonerakure, jeunes militants du CNDD-FDD, parti au pouvoir. Ils accusent ce groupe d’instaurer un climat de terreur au sein de la population et des opposants en particulier. Dernier incident en date, un jeune membre du FRODEBU s’est fait tabasser jusqu’à perdre connaissance par des jeunes identifiés comme des Imbonerakure.

Assis sur son lit d’hôpital, Jean-Marie Harerimana peine à sortir d’une convalescence d’une dizaine de jours. Son corps est encore couvert des marques des coups qu’il a reçus et qui l’ont plongé dans le coma pendant trois jours. Les responsables, huit jeunes Imbonerakure, militants du CNDD-FDD. Les faits se sont déroulés le soir du 30 juin dernier au sortir d’un bistrot. Pour ce jeune membre du FRODEBU, un parti d’opposition, aucun doute possible : le mobile de cette agression est politique.

Une position partagée par Egide Niyonzima, président du FRODEBU dans la commune de Mutaho. Il accuse les Imbonerakure d’imposer à la population d’adhérer au CNDD-FDD. Ceux qui s’y opposent s’exposeraient à des intimidations voire à des violences physiques. La mise à tabac du jeune Jean-Marie s’inscrirait, selon lui, dans cette optique de représailles contre les opposants.

Faux, rétorque l’administrateur de la commune de Mutaho. Pour Charles Ndikumana, l’entité qu’il dirige vit dans un climat politique apaisé. Selon lui, l’incident qui a impliqué les huit jeunes imbonerakure et le jeune du FRODEBU n’avait rien de politique. « Il s’agissait simplement d’une bagarre entre ivrognes », assure-t-il. Il indique toutefois la commune prendra en charge les frais de soins de santé du jeune tabassé par les imbonerakure.

Cinq personnes, soupçonnées d’avoir participé à la bagarre du 30 juin sont déjà sous les verrous, a affirmé l’administrateur. Il a également lancé un appel au calme à la population qui vit dans sa juridiction.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

470 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message