Déplacés internes sommés de quitter le centre de la commune




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 13 juillet 2013  à 22 : 10 : 02
a

Les déplacés internes à cause de la guerre de 1993 en commune de Mutaho n’entendent pas quitter le centre de la commune comme le souhaitent l’administration communale et les propriétaires de parcelles au centre de la commune .

Au cours d’une série d’interviews que les intéressés ont accordées à la Radio Isanganiro ce vendredi, ces personnes ont divergé sur la façon dont les problèmes de terres devraient être résolus au centre de cette commune.

Les déplacés internes disent qu’ils ont été chassés par la guerre de leurs maisons et que rien ne prouve actuellement que cette situation ne pourrait pas encore se reproduire. Ils estiment qu’ils ont reçu ces parcelles grâce à l’Etat et qu’ils ne sont pas disposés à quitter ces terres. Selon eux, le gouvernement a intérêt aussi à chercher ces parcelles ailleurs pour ceux qui s’en réclament aujourd’hui propriétaires.

De leur coté, les anciens propriétaires de ces parcelles ne désarment pas. Ils disent qu’ils connaissent où se trouvent les parcelles de ces occupants . « Nous ne digérons pas du tout comment ces personnes soient les seules à occuper le centre de la commune », a-t-il souligné.

L’administrateur communal de Mutaho, Charles Ndikumana de sa part a dit que la commune n’est pas en mesure de chasser ces personnes du centre même si elle a des projets à accomplir dans la superficie de la commune dans laquelle se trouvent ces personnes.

Pour le moment, ces personnes se trouvent tout autour du centre de la commune où ils ont construit des maisons après la crise de 1993.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

430 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques





Les plus populaires
Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 10 %)

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 5 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 4 %)

Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent,(popularité : 4 %)

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout ,(popularité : 4 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 4 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 4 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 4 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 4 %)