Kivyuka : Les assassinés ré-assassinés




Par: Irène Ruby Pratka , mardi 16 juillet 2013  à 11 : 50 : 22
a

Charles Makoto, un représentant des familles des victimes des massacres de Kivyuka de mai 1996, dénonce la façon selon laquelle l’exhumation a été faite. Il parle d’une "négligence totale" d’autorités burundaises et internationales, qui "semblent avoir abandonné les familles des victimes du massacre de Kivyuka, mais aussi de nombreux autres massacres, à leur sort."

S’exprimant dans une conférence de presse animée ce lundi à Bujumbura, Charles Makoto président d’une association des familles des victimes et des rescapés a déploré que le Gouvernement n’a pas pris la main lui tendue par le Comité international de la Croix-Rouge, depuis 2012, de mettre à la disposition des autorités burundaises une équipe de médecins légistes argentins.

Les corps des 350 victimes de la tuerie de 1996 ont été exhumés au cours de la semaine dernière pour faciliter la constriction d’une route Bubanza - Ndora.

Les familles des victimes avaient demandé au président de l’Assemblée nationale dans une correspondance d’interdire l’exhumation de ces restes jusqu’à l’arrivée de ces experts. Or, toujours d’après M. Makoto, l’exhumation s’est déroulée sans aucun médecin légiste ou membre de la police judiciaire sur les lieux. Les travailleurs auraient aussi, par mégarde, brisé les os de certaines victimes avant de les placer dans des cercueils rongés par des termites.

"Il est inconcevable à notre égard que les corps de victimes d’un crime qualifié de crime d’état puisse être déterré sans même la présence d’experts afin d’établir un procès-verbal sur le déroulement des faits," a poursuivi M. Makoto. Il a fait appel au Président de la République de "se saisir du dossier" qui refait surface à la veille de la mise en place de la Commission vérité et réconciliation.

Pour rappel, le 3 mai 1996 au marché de Kivyuka, environ 350 civiles ont été fusillés par les forces du gouvernement de l’époque, suite au passage des rebelles qui avaient saboté un pylône électrique dans la commune de Musigati. La responsabilité pour ce massacre n’est toujours pas définitivement établie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

838 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Justice pour Ernest Manirumva : La société civile au front ,(popularité : 4 %)

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi ,(popularité : 2 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 2 %)

Frédéric Bamvuginyumvira conduit à la prison centrale de Mpimba ,(popularité : 2 %)

Bamvuginyumvira auditionné puis reconduit en prison ,(popularité : 2 %)

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 2 %)

Burundi : L’hémicycle de Kigobe remplace 3 commissaires de la CVR,(popularité : 2 %)

Le président du Parcem libéré : déterminé à combattre la corruption,(popularité : 2 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 2 %)

Les avocats rejettent les agents de la documentation comme témoins dans l’affaire Gatumba,(popularité : 2 %)