Chimpanzé : Le cri de cœur de Jane Goodall se fait entendre au Burundi




Par: Irène Ruby Pratka , samedi 20 juillet 2013  à 11 : 30 : 13
a

La biologiste britannique de renom, mieux connue pour son travail
auprès des chimpanzés sauvages en Tanzanie, s’est rendue à l’Institut
Français du Burundi à Bujumbura hier pour encourager des jeunes
environnementalistes et lancer un appel passionné pour la
préservation des habitats des primats au sud du Burundi et la
biodiversité au sens large.

Pendant sa visite de trois jours, Goodall a rendu visite au Parc
national de la Kibira à la crête Congo-Nil, où habitent la plupart des
400 chimpanzés du Burundi.

Selon Jean-Claude Nduwayo, ministre du
tourisme, il y a des spécialistes sur place en train d’habituer les
chimpanzés au contact humain afin d’accueillir davantage de touristes
dans la région. Certains étaient formés par Goodall et son institut
lors de leur premier séjour au Burundi en 1991.

Elle s’est aussi entretenue avec le Président de la République, une
rencontre qu’elle a appelé « favorable. »

La Dr Goodall a travaillé auprès des chimpanzés dans le Parc National
de Gombé, aux abords du Lac Tanganyika, depuis 1960. Au cours des
décennies, dit-elle, elle a vu les forêts autour du parc se rétrécir,
au profit de l’industrie du bois et l’agriculture de subsistance,
jusqu’à ce que , dans les années 80, les collines deviennent nues, et que les
seules arbres se trouvent dans des vallées « à des pentes tellement
ardues que même les cultivateurs les plus désespérés n’auraient pas pu
parvenir à y faire pousser de quoi manger. » Pendant la même période,
selon elle, la population globale des chimpanzés sauvages est tombée
de 1.2 million à 300,000, répandus sur 20 pays africains.

En vivant pendant des années auprès des chimpanzés, Goodall a découvert les « comportements fascinants et complexes » de ces animaux, qui chassent avec des outils, communiquent avec un langage de gestes, adoptent des petits orphelins et font même la guerre entre eux.

« La ligne entre les humains et les animaux n’est pas aussi tranchée
qu’on avait pensé, » dit-elle. « Mais l’être humain reste le plus
intellectuel des animaux. Les humains ont pu envoyer une fusée sur
Mars, et faire en sorte qu’une fois sur place la fusée s’est ouverte,
un petit robot avec une camera est sorti et cette camera prend toujours
des photos que nous pouvons voir. Les chimpanzés ne feront jamais
ça…comment donc se fait-il que l’humain, le plus intellectuel des créatures,
détruit sa seule demeure ? »

Jane Goodall, 79 ans, passe sa vie en voyage pour déplorer la
déforestation et la chasse aux chimpanzés pour la viande de brousse et
le commerce des animaux vivants.

« Pourquoi est-ce que je voyage 300 jours par an ? Pourquoi est-ce que
je ne vis pas tranquillement dans ma forêt que j’aime ? Parce que ce
sont des choses qui me tiennent éveillée la nuit. »

Elle déplore ce qu’elle nomme les « styles de vie non durables » de
certains groupes d’humains qui poussent d’autres à vivre dans la
pauvreté et abimer la terre à la recherche d’argent et de nourriture
pour vivre. « La Terre peut satisfaire les besoins de tout le monde,
mais pas l’avarice de tout le monde, » a-t-elle dit, citant
l’activiste indien Mahatma Gandhi.

Mais le Dr Goodall reste optimiste. Elle a noté qu’un « corridor »
reboisé entre deux forêts préservés autour du Lac Tanganyika a permis
un chimpanzé de quitter un groupe et rejoindre un autre pour la
première fois depuis des décennies. Elle est aussi encouragée par des
groupes de jeunes environnementalistes qui se sont réunis autour de
son institut dans 130 pays, dont le Burundi et la République
Démocratique du Congo. Les groupes se nomment Roots and Shoots
(racines et pousses) .

« Une petite pousse, tu peux la prendre entre deux doigts et elle a
l’air tellement faible, mais des racines qui cherchent de l’eau
peuvent traverser des roches, même les briser ou les écarter, »
explique-t-elle.

« A mon âge, je prends de l’énergie d’eux partout où je vais. Ce sont
des groupes de jeunes qui veulent construire un monde meilleur. Même
mes groupes à l’Est du Congo disent, le pays n’est pas dans un bon
état, mais nous grandissons, et quand nous serons grands…ça va bien
aller. »

Dr Jane Goodall a toujours de l’espoir. Elle remarque que les humains commencent à utiliser leurs cerveaux de la bonne manière.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2091 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article