Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 23 juillet 2013  à 15 : 30 : 30
a

Impopulaire, triste et surtout dangereux pour l’avenir du pays sont certains des qualificatifs utilisés ce lundi par les participants de la Mairie de Bujumbura qui avaient pris part à la conférence publique contre la vie chère organisée par 477 associations de la société civile pour désigner le projet de loi sur la TVA ce lundi. Le vote de cette loi était prévu ce mardi à 15 heures , heures de Bujumbura au palais des congrès de Kigobe

Au cours de cette conférence publique, la salle de l’ancienne Hôtel Novotel était archicombre de gens venues pour donner sa position par rapport au projet de loi sur la Taxe sur la Valeur Ajoutée de 10% envisagée par le gouvernement pour combler un déficit budgétaire de 101 milliards de francs bu.

Les participants à cette conférence ont indiqué que si une fois ce projet de loi était voté tel qu’il est les parlementaires auront relégué au second plan la pauvreté dans laquelle se trouve la population burundaise . Ce projet de loi envisage la TVA de 10% sur les vivres, l’engrais chimique et les produits pharmaceutiques. Une fois adopté par le parlement et promulgué par le président de la république, les habits importés s’acquitteront d’une taxe nouvellement crée de 70%.

Les produits carburants, les véhicules des particuliers s’acquitteront aussi d’autres taxes qui viennent s’ajouter à ceux existant déjà. Il est prévu aussi d’autres taxes sur l’eau et l’électricité dans ce projet de loi.

Le Burundi est certes un pays pauvre, mais surtout un pays appauvri

Tout en acceptant que le budget de l’Etat est déficitaire, les organisations de la société civile ont plutôt montré les voies de sortie de cette crise. La transparence dans la gestion de la chose publique, voilà une urgence pour la sortie de cette crise économique pour le Burundi selon ces organisations.

Ces organisations estiment 5 projets réalisés à travers le pays pour lesquels le budget est géré à partir de la présidence constituent des portes d’entrées pour les malversations économiques. Il s’agit du projet ‘’bonnes initiatives’’, du projet ‘’charroi zéro’’, du projet ‘’, de la gratuité des soins de santé et de l’éducation’’, du projet plantation et autres. Ces projets ne profitent pas du tout à la population mais plutôt aux autorités selon ces organisations.

"Je m’interroge encore sur les qualités des conseillers économiques du président de la république ", a lancé sous couvert d’ironie le président de l’olucome.

De la part de ces organisations, la politique de privatisations des entreprises publiques et l’exploitation des minerais au Burundi sont émaillées de détournement et de malversations économiques à grande échelle qu’il est urgent pour le Burundi de mettre en avant la transparence dans la gestion de la chose publique.

Quelle issue pour ce projet de loi sur la TVA ?

Commet sortir de cette crise ? Telle était la question. Dans la salle, la jeunesse constituait en général d’étudiants encore idéaliste plaidait encore pour un printemps arabe cette fois ci au Burundi. "Nous pouvons arrêter le travail pendant deux jours vous savez", souligne l’un d’eux.

Les organisations de la société civile au vue des réactions dans la salle appelaient les participants à faire preuve de patience. Un conseiller à la présidence de la république Juvénal Muvunyi a été hué par les participants quand il approuvait ce projet de loi.

Gabriel Rufyiri le président de cette campagne contre la vie chère a demandé vers la fin de ladite conférence publique de se rendre au palais des congrès de Kigobe, du moins pour ceux qui le peuvent , pour s’imprégner de la façon dont les parlementaire votent une loi contraire aux intérêt de la population.

Dans l’entre temps , la société civile estime que le parlement va adopter ce projet de loi puisqu’il l’a déjà fait pour des lois aussi dangereuses pour l’avenir économique et politique du Burundi selon eux. Hélas, ces organisations ne désarment pas. Elles s’engagent à poursuivre le combat.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

456 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 22 %)

« Dialogue » ou « Monologue » ?,(popularité : 4 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Affaire Bamvuginyumvira : Le pouvoir devrait privilégier le débat ,(popularité : 4 %)

La CSTB en contradiction avec les lois en vigueur au Burundi,(popularité : 3 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 3 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 2 %)

La politique de décentralisation reste lacunaire selon le Senat ,(popularité : 2 %)