Révision du budget 2013 : La société civile met en garde le gouvernement




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 25 juillet 2013  à 11 : 55 : 42
a

Dans une correspondance que 477 organisations de la société civile engagées dans la campagne contre la vie chère ont envoyée au président de la république, ces organisations estiment qu’elles ne peuvent accepter le projet de loi qui sera probablement voté au palais des congrès de Kigobe en de mult irrégularités qu’il contient ce jeudi.

Dans une conférence de presse que Gabriel Rufyiri a animé au nom de ces organisations, il a indiqué que ce projet de loi vient ouvrir la porte d’une part à la corruption et les malversations économiques et est d’autre part contraire à la constitution du moins dans certains de ces articles.

L’article 38 de ce projet de loi stipule que les produits d’importations vont s’acquitter d’une taxe de sureté et ne précise pas la façon dont cette taxe sera exigé aux commerçants. Pour lui cela risque de constituer une brèche pour le pouvoir de Bujumbura de taxer encore mêmes les produits pharmaceutiques jusque –là exonérés.

Gabriel Rufyiri a encore une fois déploré le fait que 7.2 milliards francs bu qui seront collectés au cours de cette devront être affectés à l’Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunication ARCT, une instance qui relève aujourd’hui de la présidence de la république. De la part de Gabriel Rufyri, la gestion des fonds par les instances relevant de la présidence est souvent entachée d’irrégularités qu’il serait illusoire que ce fond participe réellement au développement du pays.

Il est aussi prévu dans ce même projet de loi la privatisation de 18 entreprises de l’Etat. Gabriel Rufyiri regrette de constater que la somme d’argent qui sera collectée à travers la privatisation de certaines entreprises comme Hôtel source du Nil , L’Office du thé du Burundi, OTB, et autres sera acheminée dans le fonctionnement des institutions au lieu de contribuer au développement économique du Burundi.

Ce projet de loi prévoit la surtaxe des habits à plus de 70%. " Le burundais moyen sera-t-il en mesure de se procurer les besoin sociaux vitaux au moment où même l’eau, l’électricité, les vivres, l’engrais chimique vont revoir leurs prix à la hausse" s’est encore une fois interrogé Gabriel Rufyiri.

Ce jeudi vers 10 heures de Bujumbura, les parlementaires étaient appelés pour le voter afin de permettre au pouvoir de combler un déficit budgétaire de 101 milliards. Mercredi, les parlementaires ont passé toute la journée en discutant autour de ces points selon Révision du budget 2013 selon Gabriel Rufyiri.
.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

264 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Qui se retire du financement du budget 2016 ?,(popularité : 4 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 4 %)

Le secteur thé du Burundi envisage des extensions à grande échelle jusqu’en 2016,(popularité : 3 %)

Internet à haut débit : NT Global et Avanti Plc arrivent au Burundi,(popularité : 3 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 3 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 3 %)

Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie ,(popularité : 3 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 3 %)

PARCEM s’interroge sur l’avenir des marchés réhabilités et la gestion de salubrité en Marie de Bujumbura ,(popularité : 3 %)