Denis Sassou Ngwesso et Pierre Nkurunziza ont discuté des problèmes bilatéraux




Par: Irène Ruby Pratka , dimanche 28 juillet 2013  à 14 : 34 : 32
a

Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo, était de
passage à Bujumbura vendredi à l’invitation du Président Pierre
Nkurunziza. Selon Sassou Nguesso, qui a parlé brièvement à la presse
depuis l’aéroport, il s’agissait d’une visite officielle d amitié et de
solidarité.

« Nos deux pays ont connu de douloureuses expériences mais nous
vivons aujourd’hui des moments d’espoir et il est bon que nous nous
fréquentions…et que nous voyions dans quelle mesure nous pouvons
coopérer, parce qu’il faut que l’Afrique se prenne en charge, » a
déclaré Sassou Nguesso.

« J’ai l’intention de discuter avec mon frère des problèmes
bilatéraux, mais aussi des problèmes africains », a-t-il dit.

Des problèmes africains, Denis Sassou Nguesso s’y implique. Le
dirigeant congolais est actif dans les négociations entre le
gouvernement de Joseph Kabila et les rebelles du mouvement M23 en
République démocratique du Congo, et il est garant de l’accord de paix
de Libreville qui a mis fin au conflit centrafricain.

Il a démenti qu’il soit venu pour négocier un accord entre le
gouvernement du CNDD-FDD et le Front National de Libération d’Agathon
Rwasa. Il a aussi minimisé son rôle dans les négociations politiques
en RDC. Il a dit que ces problèmes, surtout les tensions qui déchirent
la RDC, seraient mieux résolus par la Conférence internationale des
pays des Grands Lacs.

« Médiation non, échanger avec tous les frères sur les problèmes qui
nous concerne, oui, » a déclaré Sassou Nguesso. « Lorsque nous nous
rencontrons entre dirigeants, nous évoquons ces problèmes, mais ce
n’est pas parce que nous sommes à la recherche d’une quelconque
médiation. Il s’agit de bien connaître ces problèmes, et si on peut y
mettre un avis, c’est notre devoir. »

Pour rappel, Denis Sassou Nguesso figure parmi les dirigeants les plus
durables de l’Afrique actuelle, étant arrivé au pouvoir en 1979.
Historiquement allié avec le bloc soviétique, il a perdu le pouvoir en
1992 suite aux premières élections multipartites. Il a repris le
pouvoir en 1997, un coup militaire qui a mis fin à une guerre civile
courte mais sanglante. Le Fonds monétaire international a reporté la
restructuration de la dette congolaise en 2006 suite à des allégations
de corruption.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

473 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"



a

Le parlement burundais ouvre sa session d’avril





Les plus populaires
Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL,(popularité : 13 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 9 %)

Le Burundi favorable à l’indépendance du Kosovo ,(popularité : 9 %)

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi ,(popularité : 9 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 8 %)

Dossier Ernest Manirumva : La verité se cherche encore,(popularité : 6 %)

Le comité central est gestionnaire de la crise de l’Uprona,(popularité : 6 %)

Des travaux d’exhumation des restes du dernier roi du Burundi lancés ce mardi à Gitega,(popularité : 6 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 6 %)

La CENI de 2015 devrait inspirer confiance,(popularité : 6 %)