Les détenus sont grève




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 30 juillet 2013  à 07 : 50 : 15
a

Le directeur de la prison centrale de Mpimba , Bruno Niyonzima a indiqué que des coups de feu qui ont été entendus dans la matinée de ce lundi dans la prison centrale de Mpimba ont été causés par la grève de détenus qui voulaient se révolter contre les chefs d’équipe au sein de ladite prison.

A l’intérieur de la prison de Mpimba dans la commune urbaine de Musaga, les détenus avaient empêché le déroulement normal des activités. Les détenus qui devaient se rendre dans les différents parquets de la Mairie pour plaider non coupables n’ont pas été autorisés de s’y rendre. En cause, les détenus s’étaient chamaillées entre eux et réclamaient bec et ongle le limogeage de certains de leurs responsables selon certains détenus. La police a été acculée de tirer en l’air pour empêcher les prisonniers de s’évader créant ainsi la panique parmi les environs.

Le directeur de la prison, Bruno Niyonzima a dit que la révolte de ces détenus dans la matinée de ce lundi n’avait rien de politique mais qu’elle résidait des divergences de vue entre les détenus.

Les informations recueillies sur place stipulent que très récemment la police avait opéré une fouille perquisition parmi les détenus. Les boissons prohibées et autres articles, de quoi de nature à nourrir les divergences de vues entre des prisonniers qui ont du mal à trouver la mangeaille selon certains travailleurs sur place avaient été saisies par la police.

Cette grève a des motivations beaucoup plus sociales que politiques selon le directeur de la prison, Bruno Niyonzima.

Le président de l’association pour la promotion des droits de l’homme et des détenus, Pierre Claver Mbonimpa était sur les lieux ce lundi matin pour s’imprégner de cette situation qui sème la panique au sein de la prison.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

367 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 50 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 8 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 6 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 4 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 4 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 4 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Le Burundi déclare une épidémie de Paludisme,(popularité : 2 %)

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie,(popularité : 2 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 2 %)