L’éducation n’a pas de limites




Par: Irène Ruby Pratka , Friday 16 August 2013  à 14 : 03 : 49
a

A 34 ans, Rémégie Nibogora a enfin son diplôme—d’homme lettré.
M. Nibogora a toujours rêvé d’être homme d’affaires, mais pendant
longtemps le destin lui réservait un autre sort.

Il est né en province Muramvya des parents cultivateurs, déplacés au
gré des crises ethno-politiques. Pour ses parents, les écoles
primaires publiques étaient hors de prix. Ils l’ont inscrit dans un
programme éducatif de l’Eglise catholique, mais il a seulement appris
le kirundi parlé et le chant. Au bout de six ans, il pouvait à peine
reconnaître les lettres de l’alphabet. Adolescent, il est parti à
Bujumbura chercher du travail comme beaucoup de jeunes de la campagne.

Quand l’Association des travailleurs ménagers du Burundi, basée à
Ngagara, a démarré un programme d’alphabétisation adulte il y a un an, le jeune cuisinier était partant. « Je voulais simplement apprendre pour me développer, » explique-t-il. Et maintenant? « Je suis capable de lire et d’écrire. »

Plus de 200 travailleurs ménagers de tous âges sont inscrits dans la
formation d’alphabétisation organisée par l’ATM. La formation a été
mise en place il y a un an, et depuis, plus de 1000 domestiques l’ont
suivie.

« On les forme principalement en kirundi, puis on offre le français et
ensuite l’anglais, » explique Christophe Havyarimana, porte-parole et
chargé des projets à l’ATM, juriste de formation devenu enseignant
d’alphabétisation.

« Apprendre à écrire prend beaucoup de temps, mais dans deux ou trois
mois les gens peuvent lire et écrire le kirundi. Pour les gens qui ont
fini le programme en kirundi, on n’a pas trop de problèmes avec le
français. »

Le diplôme d’alphabétisation ouvre la porte non seulement à des
formations en d’autres langues mais aussi à une formation en droits
humains, explique M. Havyarimana.Il y a aussi des formations en arts
culinaires, comportement au travail et gestion financière.

« Souvent, les gens viennent de l’intérieur et ils n’ont pas la
moindre idée quoi faire une fois rendus ici, » déplore M.Havyarimana.
« On les enseigne comment épargner de l’argent, comment gérer un
budget, comment se comporter envers les patrons, et cetera. »

La plupart des apprenants sont des adultes qui n’ont pas pu se payer
une éducation primaire à l’époque où celle-ci était payante. Le taux
d’alphabétisation des burundais adultes, qui n’était que 35 pour cent
il y a 20 ans, s’est élevé à 67 pour cent depuis l’instauration de la
gratuité scolaire en 2005. Mais certains jeunes restent toujours
exclus de ces progrès.

« Ce qui se passe maintenant avec les jeunes, c’est la pauvreté qui
pousse les enfants à fuir la maison et ils pensent qu’ils vont trouver
de l’argent dans la capitale, ou les parents n’ont pas d’autre choix
que d’envoyer leurs enfants chercher du travail en ville, » se désole
Christophe Havyarimana.

Les apprenants, adolescents et adultes, s’inscrivent de leur propre
initiative et paient une cotisation de 1000 FBU par mois. Ce petit
investissement était un grand pas en avant pour Rémégie Nibogora.
« Avant, je ne savais pas lire ni écrire, alors des fois mon patron me
donnait un liste pour aller au marché et il y avait des choses qui
m’ont échappé. Maintenant que je peux lire et écrire, je peux faire un
liste, justifier toutes mes dépenses, ne pas faire d’erreurs et ne pas
me faire escroquer, » raconte le jeune cuisinier.

Christophe Havyarimana a enseigné Rémégie Nibogora. « Je suis très,
très fier de lui, » dit-il. « C’est formidable de trouver des gens que
j’avais enseigné, qui peuvent maintenant lire et écrire. Maintenant je
peux le prendre, par exemple, et le trouver des petits boulots à coté
qui paient bien. »

Outre les compétences, la formation a redonné à M. Nibogora ses rêves.
« Je voudrais apprendre le français, l’anglais, le kiswahili et le
commerce, » dit-il. « Puis, j’ai l’ambition d’apprendre aux autres ce
que j’ai appris. Après, j’aimerais avoir un peu d’argent pour aller
faire le commerce, au Kenya, je pourrais même aller en Angleterre ou
en Chine pour faire des affaires, qui sait? »

« Quand je ne savais pas lire et écrire j’avais l’impression d’être en
dessous des autres. Maintenant, je peux marcher avec eux. »

L’Association des travailleurs ménagers cherche des bonnes âmes pour
fournir des ingrédients pour les cours d’art culinaire.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1044 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

pre-moderation

This forum is moderated before publication: your contribution will only appear after being validated by an administrator.

Who are you?
Your post
  • To create paragraphs, just leave blank lines.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 9 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 4 %)

Les plus favoris seraient les femmes du CNDD-FDD ,(popularité : 3 %)

La polygamie à Muyinga divise la famille des musulmans ,(popularité : 3 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 3 %)

Les 1 er Lauréats en musicologie au Burundi,(popularité : 3 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 2 %)

La Société civile réclame la libération de Faustin Ndikumana et la transparence dans les recrutements ,(popularité : 2 %)