Les brèches de la mauvaise gouvernance à la REGIDESO




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 17 août 2013  à 19 : 57 : 53
a

Des auditeurs indépendants estiment que la nomination du directeur général de la REGIDESO et des directeurs qui lui sont proches par décret présidentiel constitue la boite de pandore de cette entreprise puisque celle-ci ouvre la porte à la corruption et les malversations économiques.

Ces auditeurs ont en effet rendu public un document sur l’audit organisationnel de cette entreprise de 2002 à 2012. Le travail a eu lieu suite à l’implication de la société civile qui ne cessait de décrier bec et ongle la mauvaise qui selon eux caractériserait cette entreprise.

Parmi les imperfections, ces auditeurs de nationalités étrangères ont fustigé en particulier le manque de transparence dans l’accès aux postes de responsabilités au sein de cette entreprise qui sont conditionnées par des motivations politiques au lieu du mérite. « Sous d’autres cieux, le conseil d’administration qui normalement met en avant la performance a seul les prérogatives de nommer le directeur général », a-t-il souligné.

Selon eux, la direction administrative et financière de l’entreprise cumule des fonctions à l’instar de la comptabilité, l’inspection des finances et autres. Cette situation est une brèche à la corruption et aux détournements des biens de l’Etat selon eux qu’il serait utile de scinder le service en trois. Les données chiffrées de l’entreprise manquent de preuves matérielles qui les accompagnent dans la plupart des années selon ces consultants.

Les contrôles budgétaires, le système d’information se cherchent encore au sein de cette entreprise de la part de ces auditeurs. La décentralisation de cette entreprise n’est pas encore devenue une réalité et se trouve encore à la donnée d’un manque de donnée fiable capable de montrer effectivement la vie de l’entreprise.

De la part de ces hommes la société devrait faire sienne le contenu des propositions des consultants et au prime abord faire le plan d’action pour être utile à la population qui a beaucoup besoin de l’eau et de l’électricité. Ces atelier n’avant vu une participation des acteurs de la société civile bien que ces deniers n’avaient rien ménagé pour que cette audit soit fait.

Les informations dignes s de foi indiquent qu’ils n’avaient pas été au courant de cette entreprise. Le ministre de l’énergie et mines, Come Manirakiza a de sa part dit que la proposition de nomination des directeurs généraux n’est pas nécessairement à la base de la faible performance de l’, entreprise.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

914 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 10 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 5 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 5 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 5 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)

Suspension de la coopération Germano -Burundaise : manque à gagner de 54 milliards de FBU ,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 2 %)

Les femmes font avancer le pays ,(popularité : 2 %)