Détenus : Après la grève, le manque de soin est au rendez vous




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 17 août 2013  à 20 : 01 : 15
a

Plus de 30 détenus blessés suite à la bagarre qui a éclaté en prison centrale de Bujumbura regrettent de ne pas être soignés depuis une semaine là où ils sont à Ngozi. Ces gens se trouvent à la prison de Ngozi où ils ont été transférés. Ils déplorent aujourd’hui de constater pratiquement l’absence des infirmiers pour les soigner au moment où cinq d’entre eux se trouvent dans un état de santé grave après qu’elles aient été touchées par des balles perdues pendant ladite bagarre qui a éclaté entre eux et les policiers.

Le directeur de la prison centrale de Ngozi rejette en blocs ces informations qu’il qualifie d’invectives. Selon lui, les visites médicales sont toujours d’actualités.

Le transfert de ces personnes a eu lieu il y a une semaine écoulée. Certains des prisonniers en particulier les membres du FNL avaient refusé de quitter la prison centrale de Bujumbura sous prétextes que les mobiles politiques avaient pris été mise en avant pour ce transfert.

La bagarre avait eu lieu aussi bien à la prison centrale de Bujumbura que de GITEGA. Même si les revendications de ces détenus étaient celles-ci le directeur de la prison centrale de Mpimba à Bujumbura, Bruno Niyonzima, avait dit que les détenus s’étaient uniquement révoltés contre leurs chefs parce qu’ils avaient mal géré les biens de ces détenus.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

3357 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les albinos demandent plus de protection



a

« Certains droits des métis burundo-européens ignorés »



a

Massacre des Banyamulenge : « 15 ans après, la communauté internationale s’est tue »



a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"





Les plus populaires
CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 18 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 15 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 14 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 14 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 14 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 13 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 13 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 13 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 13 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 12 %)