Le droit de grève est pourtant reconnu




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 29 août 2013  à 05 : 25 : 17
a

La Confédération des Syndicats du Burundi, COSYBU qualifie d’intimidations la mise en garde des fonctionnaires de l’Etat par le président de la république lors de son message à la nation.

Réagissant sur le discours du président Pierre Nkurunziza, le président de la Confédération des Syndicats du Burundi Tharcisse Gahungu déplore les propos du président de la république selon lesquels les fonctionnaires de l’Etat qui continueront à s’absenter au service au nom des revendications sociales en faisant fi de la loi seront remplacés par d’autres personnes notamment beaucoup de personnes qui sont en chômage en besoin d’emploi.

Pour ce syndicaliste, les revendications sociales des fonctionnaires sont légitimes et légales. Selon lui, certains articles régissant ce pays et d’autres de portées internationales accordent aux fonctionnaires de l’Etat le droit de revendiquer leurs droits. Au lieu de recourir aux intimidations, il estime que le gouvernement devrait chercher à assainir le climat en vue de trouver des solutions de nature à venir au bout des revendications qui font parler d’elles parmi les fonctionnaires de l’Etat.

Le président de la république a fait cette mise en garde au moment où les syndicats des enseignants ont déjà menacé de reprendre le mouvement de grève avec le début de l’année scolaire. Difficile de savoir ce qu’il en adviendra dans l’entre temps après cette mise en garde. Au mois de juin de cette année, les enseignants du CONAPES, Conseil National du Personnel Enseignant du Secondaire avaient fait un mouvement de grève. Ils auraient été menacés de licenciement raison pour laquelle ils ont repris le travail bien que leurs revendications n’avaient pas été satisfaites par le gouvernement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

177 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 4 %)

Pierre Nkurunziza devrait respecter les Accords d’Arusha et la constitution ,(popularité : 4 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 4 %)

L’UPRONA se dote de nouveaux organes ,(popularité : 4 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 4 %)

Le président du parti APDR destitué ,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 4 %)