Burundi : L’enseignement supérieur en difficultés




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 29 août 2013  à 05 : 38 : 10
a

Le deuxième vice- président de la république plaide pour l’accès à l’enseignement supérieur pour les étudiants ayant obtenu moins de la moitié à l’examen d’Etat, contrairement à la loi régissant l’enseignement supérieur.

Au cours d’une rencontre avec le deuxième vice président de la république dans laquelle avaient pris part les recteurs des différentes universités privées et les autorités du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ce mardi , nombre de défis auxquels font face les étudiants ont fait objet de discussion même si les journalistes n’ont pas eu accès à ces discussions.

Selon Melchior Simbaruhije, porte parole de la deuxième vice présidence de la république, à la sortie de cette rencontre, les responsables de universités ont eu l’occasion d’évoquer à l’endroit du deuxième vice président de la république la nécessité pour les universités privées en particulier, de voir la détaxation des équipements informatiques devenir une réalité.

De la part de ces recteurs d’universités, le fonctionnement des universités a du mal à supporter la charge financière des équipements des universités, raison pour laquelle leur détaxation devrait avoir lieu.

Même si l’irrégularité de la bourse pour les étudiants, aussi bien privées que publiques, constitue une autre tare pour l’amélioration des conditions de vie des étudiants et est par conséquent une des facilités pour que les étudiants suivent les cours normalement, Melchior Simbaruhije a indiqué que cette question n’a pas été analysée.

Ces partenaires en matière d’éducation supérieure ont cependant promis de se rencontrer pour évaluer les multiples défis qui hantent ce secteur.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2550 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 3 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 3 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 3 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 3 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 3 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 3 %)

Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP,(popularité : 3 %)