Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ?




Par: Désiré Nimubona , jeudi 1er décembre 2011  à 16 : 52 : 40
a

Une famille de la zone Butahana, commune Mabayi dans la province Cibitoke est menacée par un présumé violeur de leur enfant. Des considérations politiques risquent de prendre le devant, selon la famille de la victime.

Ciza Melchior (24 ans) est attrapé en flagrant délit vendredi le 11 novembre 2011, tentant de violer une fillette âgée seulement de 18 mois à la colline Mageyo, zone Butahana, Commune Mabayi de la province Cibitoke.

J’ai surpris Ciza Melchior qui avait déjà déshabillé mon enfant et se préparait à passer à l’acte », raconte Maniriyo Yvette, mère de la fillette. Selon cette jeune femme de 28 ans, le présumé auteur a essayé de fuir mais sans succès car l’entourage était déjà mis en alerte.

C’est à ce moment, continue elle, que les administratifs à la base et les forces de l’ordre l’ont arrêté et conduit au cachot de la commune Mabayi puis transféré au cachot du chef-lieu de la province de Cibitoke où il est actuellement incarcéré.

D’après une source sur place et confirmée par l’officier de police judiciaire en possession du dossier, le présumé auteur a bel et bien avoué sa culpabilité.
La même source affirme que l’expertise médicale effectuée par le médecin de l’hôpital de Mabayi prouve à suffisance que le prévenu Ciza Melchiol risque d’être accusé d’attentat à la pudeur et à la tentative de viol, du moins si on se réfère aux dispositions du code de procédures pénales.

Cependant, l’affaire se politise selon des sources sur place à Cibitoke

Ancien démobilisé des FNL, Ntiharirizwa Gabriel, oncle de la victime explique que le chef de zone Butahana en connivence avec Wamiremera lui aussi démobilisé mais du CNDD-FDD profèrent des menaces à la famille de la victime.

« Ils nous filent partout et nous exigent de retirer la plainte », souligne-t-il, avant d’ajouter que la famille du prévenu leur avoue que la famille de la victime va souffrir si le leur reste en prison.

D’après lui, la famille du présumé auteur a opté de politiser l’affaire pour obtenir du soutien de la part de ses collègues. Contacté à ce sujet, le procureur de la province à Cibitoke Alexis Ciza dit être au courant de cette affaire et qu’il travaille avec l’administration provinciale pour vider définitivement cette question.

« Le présumé auteur risque d’être relâché avant que la justice ne soit rendue », se plaint Ntibiyumwe Alexis, père de la victime. D’après lui, la tendance est d’emprisonner certains membres de la famille de la victime à la place du présumé auteur.

Les organisations de défense des droits de l’homme à Cibitoke quant à elles n’y vont à quatre chemins. Selon elles, la loi est claire, il faut l’appliquer. « Le viol et l’attendant à la pudeur sont punissables par le code pénal souligne le responsable du Centre de Développement familial (CDF) Cibitoke, qui a promis de suivre de près cette affaire.

Toutefois, il appelle les leaders dans la communauté de briser le silence en dénonçant les actes de viol. Il interpelle aussi les autorités administratives, médicales, policières et judiciaires d’apporter leur assistance aux victimes.

Envoyé par Jackson Bahati

Réalisation : Désiré Nimubona




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

925 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Un orphelin cherche désesperemment 5.000 dollars américains pour son opération ,(popularité : 6 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

La Centrale Hydroélectrique de Ruvyironza endommagée,(popularité : 2 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 2 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 2 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 2 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 2 %)

Ouverture de l’année académique à l’ENS sur fond de manque de moyens ,(popularité : 2 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 2 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 2 %)