La famille Kamatari crie à l’injustice




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 1er septembre 2013  à 14 : 47 : 40
a

« Une personne ne peut pas vendre une copropriété sans l’accord des autres avec lesquelles elles possèdent en commun ce bien », c’est la position de Me Fabien Segatwa par rapport à une divergence de vue entre les membres de la Famille Kamatari sur le contrat d’exploitation d’une propriété foncière de 58 ha en province de Mwaro par Fabiola, l’une des membres de la famille à l’insu des autres de sa famille.

L’entreprise PROTHEM appartenant à Epitace Bayaganakandi a conclu un contrat d’exploitation de cette superficie avec Fabiola Kamatari à l’insu des autres de 6 membres de cette famille et celles-ci regrettent de ne pas avoir été consultées avant que cette décision soit prise.

Pour ces 6 personnes la cadette de la famille et le directeur général de l’entreprise ont fait savoir que Epitace Bayaganakandi a fait fi de la loi.

Cette cadette de cette famille Fabiola Kamatari qui reste à la maison au moment les autres sont à l’étranger dit que les membres de cette famille ne devraient pas s’immiscer dans ce contrat parce qu’ils ne sont pas imprégnés des affaires de la maison depuis un beau bout de temps.

Faux, rétorque Esther Kamatari, l’une de ces personnes aujourd’hui à l’étranger. Celle-ci estime que la cadette aurait plutôt été trompée par le Directeur Général de PROTHEM . Selon elle, l’on a qu’à interroger la loi pour voir effectivement si le contrat d’exploitation de cette superficie a été émaillé d’irrégularités. Elle plaide aujourd’hui que le droit soit dit. Pour Me Fabien Segatwa, en cas de contrat ou de vente d’un bien familial, tous les membres de la famille doivent converger sur une quelconque proposition à défaut de quoi la décision est qualifiée d’illégale.

Le directeur de cette entreprise n’a pas jugé bon de s’exprimer sur les accusations qui lui ont été faites jusqu’à présent. Cette entreprise exploite ce terrain depuis le début de l’année en cours. Elle s’acquittera d’un montant de plus de 16 millions chaque année selon les termes du contrat.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1208 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 3 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 2 %)

Ngozi : Un OPJ attrapé en flagrant délit dans une affaire de corruption,(popularité : 2 %)

Muyinga/Tracts intimidateurs : Un « ivrogne » condamné !,(popularité : 2 %)

Mwambutsa IV : Deux ans après, personne n’en parle ,(popularité : 2 %)

Muyinga : De la politique en classe ! ,(popularité : 2 %)

Un journaliste de la RPA a perdu le procès ,(popularité : 2 %)

Burundi-Réconciliation : La CVR annonce ses résultats des dépositions en deux provinces,(popularité : 2 %)

Visite de soutien de l’UIA au bâtonnier de Bujumbura ,(popularité : 2 %)