CENI ne régit pas le fonctionnement des partis politiques




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 12 septembre 2013  à 13 : 43 : 08
a

« La Commission Electorale Nationale Indépendante n’a pas les prérogatives de s’ingérer dans les bavures commises par les partis politiques parce que nous ne sommes pas encore formellement en campagne de propagande politique », ce sont les propos de Prosper Ntahorwamiye ce mardi s’exprimant sur les bavures qui ont été commises par les jeunes du parti au pouvoir lors de la célébration du 3ème anniversaire de la victoire de ce parti à travers les quatre coins du pays.

Il a en effet été constaté que certains membres du parti au pouvoir étaient venus célébrer cet anniversaire habillés en tenus de police et de l’armée en violation de la loi. Ces civiles n’ont pas eu peur de porter ces tenues devant même le président de la république à Ngozi selon les journalistes sur place.

Aujourd’hui, plus d’un s’interrogent sur les raisons qui poussent ces jeunes du parti au pouvoir à bénéficier d’une couverture pour faire de telles méandres. Dans une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro, le commissaire chargé de la communication et de l’éducation civique à la CENI ne passe pas par quatre chemins. Les activités des partis politiques et des acteurs politiques relèvent du ministère de l’intérieur et de celui de la sécurité publique.

La CENI aura à donner ses points de vue sur l’organisation et le fonctionnement des partis politiques quand la campagne électorale aura commencé. Outre le port des uniformes de la police et des militaires par les jeunes imbonerakure, le transport en commun vers les centres provinciaux de célébrations de ce troisième anniversaire a été entaché d’irrégularités.

Les camionnettes de type Fuso avaient à leurs bords beaucoup de passagers. La police a été accusée par une association des transporteurs d’avoir fermée les yeux face à cette infraction. Les informations dignes de foi indiquent que la CENI actuelle n’est pas le fruit d’un consensus entre les acteurs politiques raison pour laquelle aujourd’hui ses missions sont réduites.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

434 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 6 %)

Le Parlement belge inquièt de l’environnement politique burundaise ,(popularité : 6 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 5 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 4 %)

Le SG des Nations Unies condamne l’assassinat du Gén. Kararuza ,(popularité : 4 %)

ONU-Burundi : Précisions sur la nomination de Cassam Uteem ,(popularité : 4 %)

Affaire Bamvuginyumvira : Le pouvoir devrait privilégier le débat ,(popularité : 4 %)

La CSTB en contradiction avec les lois en vigueur au Burundi,(popularité : 4 %)